Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles RÉCents

  • Bonnes fêtes quand même, à toutes et tous ...
    CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 16 DÉCEMBRE 2021 Décor extérieur puis intérieur : Dès 18 h 30, sur le parvis de l’hôtel de ville, une centaine de personnes avec pancartes et une petite sono se rassemble et proteste contre le pass sanitaire, et pour plusieurs...
  • Faire cesser l'insupportable...
    COMMUNIQUÉ Nous venons de prendre connaissance de la lettre anonyme que Patrice Anato, député de notre circonscription, a reçu à l’Assemblée nationale. Cette lettre contient des insultes racistes et des menaces de mort. Nous sommes indignés et révoltés...
  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 11:07

Le conseil municipal du jeudi 23 novembre a eu à se prononcer sur la suppression de la délégation de Maire-Adjoint de notre camarade, Yamina DJERFAF. Si son changement de situation professionnelle (principale de collège) a pesé sur sa disponibilité de ces derniers mois, comme elle le dit elle même, il est bon de porter à la connaissance de tous les termes de sa déclaration. Déclaration qui confirme, qu'au delà d'absences lors de plusieurs conseils municipaux alors qu'elle n'avait pas de dossier à présenter, à l'exception du 20 juillet 2006 et du 12 octobre dernier (ce qui ne veut pas dire méconnaissance des dossiers et absence totale sur le terrain), la décision du maire et puis, celle du conseil approuvée, hier soir, par 26 voix (PS-MRC), 6 contres (5 PCF et 1 non inscrit) et 10 blancs (UMP, UDF, Verts), est plus que discutable, surtout, quand Monsieur le Maire, quasiment la main sur le coeur, dit publiquement qu'il va s'occuper de tout dorénavant directement et qu'il ne savait pas ce que son adjoint avait déjà dit !

Nous, nous croyons nous souvenir, par exemple, de nos interventions préoccupées sur l'avenir de la clinique de la Croix Aux Biches, celle de l'Union Locale CGT et des salariés de cet établissement. Nous nous souvenons, en outre, de la reflexion, partagée à l'époque, de la majorité en 1995 sur l'avenir du Centre Municipal Marie Curie ...

Comprenne qui pourra !


 

"Monsieur le Maire,

Vous m’avez adressé le 13 octobre dernier un courrier recommandé m’informant que  vous mettiez fin à la délégation que vous m’aviez confiée en mars 2001. Ce soir, il est question de mettre fin à mes fonctions d’adjointe au maire. Le motif invoqué : mon indisponibilité.

S’il est incontestable que mes fonctions professionnelles prennent un temps considérable, il est nécessaire de rappeler ici, les événements que nous avons connus en novembre 2005. Ceux-ci n’ont pas été sans conséquences sur le comportement global de la jeunesse et plus globalement sur la quiétude des établissements scolaires de Seine Saint Denis et d’ailleurs. 

Mais il nous faut aborder les vraies questions, celles qui vous ont conduit Monsieur le Maire à prendre la décision de modifier le rapport des forces à l’interne de votre majorité municipale. Car il s’agit bien de cela. Dans une situation ordinaire, vous auriez convié le président du groupe communiste à discuter en ma présence des conséquences pour la ville de mon affectation professionnelle. Dans une situation ordinaire, vous auriez pris votre téléphone et m’auriez appelée comme vous avez su le faire pour des motifs qui vous intéressaient en d’autres temps.

Dans le cas présent, point de coup de fil, point de discussion avec vos partenaires de la majorité municipale, juste un courrier recommandé, un appel de votre secrétariat me demandant de rendre le téléphone portable et il y a quelques jours, le ménage de mon casier en mairie que vous avez soigneusement organisé. 

Il existe sans doute de multiples raisons à ce comportement, mais là n’est pas mon propos. Je souhaite seulement attirer ce soir l’attention du conseil municipal sur deux dossiers celui de la santé et celui du RMI.

Le centre de prévention Marie Curie n’est pas une priorité municipale, cela nous le savions tous. Il n’était pour autant pas prévu dans nos engagements communs de le vider de son contenu au fil des années.

Dois-je ici vous rappeler qu’avec le départ du médecin que vous avez décidé de ne pas remplacer, ce sont les vaccinations pour la population, les consultations de médecine du sport et de nutrition, le dépistage des cancers du colon qui ont disparu de l’offre de soin à Noisy le Grand.

Mais c’est aussi la consultation anti-tabac que vous aviez pourtant actée et lors d’une réunion du bureau municipal et annoncée dans le bulletin municipal portant sur le bilan de mi-mandat qui n’aura pas vu le jour, malgré les financements croisés de l’Etat qui étaient accordés pour son ouverture.

Que dire de plus, si ce n’est que le médecin a été contrainte de démissionner compte tenu des réponses que vous avez apportées à  ses demandes d’amélioration de sa situation en terme de rémunérations ?

Dois-je ajouter qu’en quatre ans, ce sont les emplois d’animatrice de prévention santé, et de secrétariat qui ont été supprimés en même temps qu’il était confié de nouvelles missions à la responsable du centre.

Dois-je également vous rappeler que la prévention n’existe pas sans soins (je me réfère là aux normes de l’OMS en matière de santé qui définissent 4 niveaux de prévention) ou en tout état de cause sans information sérieuse portée par des professionnels de la santé.

Ainsi, depuis le départ du médecin il ne peut plus y avoir de collaboration avec l’ensemble des acteurs chargés de la prévention sur la commune.

Qu’ajouter, si ce n’est encore qu’il a fallu près de deux ans pour que la convention avec le conseil général qui a été votée lors du dernier conseil municipal soit enfin prise en compte par vos services.

Si ce n’est encore qu’aucune réponse n’a été apportée aux médecins du secteur libéral concernant la permanence des soins sur la commune.

Enfin que la clinique quittera la ville dans quelques mois et qu’ainsi les Noiséens, qui sont loin d’être les mieux lotis de la région quant à l’accès aux soins, perdront encore un peu.

 

Un mot sur le RMI, dispositif je le rappelle pris en charge par le Conseil Général puisque la Loi lui confère cette responsabilité.

Comment ne pas vous rappeler que vous avez refusé de prolonger le contrat de la cheffe de projet sans même devoir m’en informer, qu’aucune des propositions que j’ai pu faire n’a été suivie d’effets, ni en terme de structure [comme] la demande d’embauche de deux agents supplémentaires dont les salaires et charges sont entièrement financés par le Conseil Général pour mieux répondre aux besoins d’une population sans cesse en augmentation, la mise en place d’une structuration qui évite la confusion entre aide sociale et outils d’insertion, ni en terme d’outils d’insertion comme par exemple, les jardins d’insertion sur lesquels nous avions travaillé le service et moi-même pendant un long moment en partenariat avec deux associations de la commune.

Un mot pour terminer, quoi qu’il advienne de cette délégation, il est urgent à Noisy le grand de se préoccuper aussi de « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité » de la population (définition de la santé selon l’OMS).

Niveaux de prévention [modifier]

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit trois niveaux de prévention :

  • La prévention primaire : Ensemble des actes destinés à diminuer l'incidence d'une maladie, donc à réduire l'apparition des nouveaux cas. En agissant en amont cette prévention empêche l'apparition des maladies, elle utilise l'éducation et l'information auprès de la population.
  • La prévention secondaire : Ensemble d'actes destinés à diminuer la prévalence d'une maladie, donc à réduire sa durée d'évolution. Intervient dans le dépistage de toutes les maladies et comprend le début des traitements de la maladie.
  • La prévention tertiaire : Ensemble des actes destinés à diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans la population, donc à réduire les invalidités fonctionnelles dues à la maladie. Agit en aval de la maladie afin de limiter ou de diminuer les conséquences de la maladie et d'éviter les rechutes. Dans ce stade de prévention les professionnels s'occupe de la réeducation de la personne et de sa réinsertion professionnel et sociale.

A noter que une autre prévention existe :

  • La prévention quaternaire : Consiste en l'accompagnement du mourrant, c'est l'ensemble des traitements et soins paliatifs donnés par les professionnels de santé. Car toute personne a le droit de mourir dignement et sans souffrance" 
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 17:06

Notre message au Parisien, édition de Seine Saint Denis, du 23 novembre 2006, aujourd'hui :

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous le message transmis hier soir à votre collègue M..-P... B……… à propos du Conseil Municipal de Noisy le Grand du 23 novembre 2006.
Nous nous sommes sans doute trompés de destinataire mais nous sommes surpris de l'article de ce jour dans l'édition de Seine Saint Denis reprenant très fidèlement les explication du maire de notre ville et les propos d'une élue de l'opposition lors du conseil du 12 octobre dernier, sans aucune précaution à l'égard de Mme DJERFAF sur le suivi effectif de sa délégation.

Si ses absences, comme celles d'autres, avec pouvoir, lors des conseils municipaux alors qu'elle n'avait pas de délibération à présenter, notamment pour des raisons plus complexes que votre article pourraient le laisser entendre (arbitrage interne, par exemple) peuvent être discutées au regard de la législation qui règle le fonctionnement des collectivités territoriales, nous pensons que la décision du maire de Noisy le Grand procède aussi d'autres motifs, ce que nous dirons ce soir ! 

Dans l'état, la mise en cause de Mme DJERFAF sans qu'elle ait pu donner son avis avant la parution de cet article nous apparaît préjudiciable.

Nous vous remercions de bien vouloir mentionner dans une parution ultérieure son point de vue, et le notre, sur la situation. Si vous le souhaitez, vous pouvez la contacter directement au 06 ……….. afin de lui permettre de s'exprimer directement sur le sujet. 

Restant à votre disposition, Avec notre considération. 

Pour le Groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN  Tél.: 06 …………

Notre message au Parisien édition Seine Saint Denis du 22 novembre 2006 hier en soirée :

Bonsoir, 

Le conseil municipal de Noisy le Grand du jeudi 23 novembre aura à débattre de la suppression de la délégation d'un des trois maires adjoints communistes, modifiant ainsi de fait l'accord électoral de 2001. 

Les désaccords sont réels au sein de la majorité que conduit Michel PAJON. 

PLU, quartier des Bas Heurts, police municipale et vidéosurveillance sont autant de sujets, parmi d'autres, qui n'étaient pas prévus à l'origine de la mandature municipale.

Une logique de "punition" semble se développer à la suite de nos désaccords publics et notre soutien, en particulier, à l'association de défense des habitants de Bas Heurts. Nous condamnons cette logique que contredit tous "désirs d'avenir" et met à mal la notion de débat contradictoire alors même que la question du développement de la démocratie participative s'impose à toutes les forces politiques progressistes. 

Nous sommes à votre disposition pour toutes informations complémentaires.  

Pour le Groupe des Elus Communistes de Noisy le Grand

Etienne DOUSSAIN    Tél.: 06 …………  

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 21:44
Pour garder le contact et les multipliez, n'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter et recommander le lien "on a le droit de voir rouge" à vos amis et connaissances! Merci
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 14:30

Par décret du 13 septembre 2006, la création de l’Etablissement Public Foncier Régional a été autorisée. Sa fonction ? Permettre à la Région d’agir sur le coût du foncier en Ile de France aux côtés des Communes et des Départements, qu’il s’agisse du logement ou qu’il s’agisse du développement économique. Par ces temps de spéculation foncière effrénée, par ces temps de libéralisme économique, on peut se réjouir de la volonté politique de la Région Ile de France de peser en favorisant d’autres orientations.

Ce nouvel établissement public tiendra son premier conseil d’administration le 08 décembre prochain, fort de ses 30 administrateurs, représentants Région, Départements, Communautés d’agglomération et Communes de plus de 20 000 habitants. 

 

Michel PAJON, Maire de Noisy le Grand, a de la chance, il a été élu au titre des communes de plus de 20 000 habitants après avoir … brillamment … passé le cap de sa désignation par le conseil municipal de notre ville, malgré une autre candidature locale de gauche, celle d’Etienne DOUSSAIN,  rassemblant 10 voix sur son nom contre 26 à Monsieur le Maire (PS et MRC). Unanimité à la Région, mais pas à Noisy avec l’ensemble de la gauche !

 

Souhaitons que notre Maire ne s’en tienne pas au seul lobbying noiséen pour les projets de ZAC qu’il défend sur son territoire et qu’il inspirera son action future, au sein de l’Etablissement Public Foncier Régional, des termes sévères du rapport 2006 sur le logement de la Fondation Abbé Pierre ! De la hauteur, que diable ! Optimisme quand tu nous tiens ! Ce n’est pas parce que Noisy le Grand n’est pas encore éligible dans le cadre de l’ANRU, l’agence nationale de rénovation urbaine, fleuron de la politique de la ville du Ministre BORLOO, que l’on va se rabattre sur l’Etablissement Public Foncier Régional !

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 16:13

Danielle BAILLIA                        Noisy-le-Grand, le 15 octobre 2006

Conseillère municipale

..................................

93160 NOISY-LE-GRAND

                                              Monsieur Michel PAJON

                                              Député-Maire

                                              Hôtel de Ville B.P. 49

                                              93161 NOISY-LE-GRAND Cedex

 

Monsieur le Député-Maire,

Par courrier daté du 13 octobre dernier, vous me signifiez votre refus de prendre en charge une formation dans le cadre de mon mandat d’élue locale, au motif qu’elle n’est pas adaptée à la fonction exercée.

L’intitulé de cette journée est le suivant : «  Les processus et les forces de transformation sociale en Amérique Latine ». Le contenu précise que les expériences menées en Amérique Latine présentent un intérêt renouvelé pour des élus français. Depuis plusieurs années, notamment à partir du Brésil, les communes développent des budgets participatifs (exemple à Morsang-sur-Orge). De nouveaux échelons démocratiques et administratifs apparaissent. Quel rôle nouveau impliquent-ils pour les élus, les populations ? Comment analyser ces nouvelles tendances ? En quoi les projets mis en œuvre peuvent-ils inspirer des pratiques politiques et sociales nouvelles en France ? Quelles coopérations développer entre les collectivités françaises et latino-américaines ?

J’ajoute que le droit à la formation est un droit individuel s’appuyant pour les élus sur une liberté de choix des formations et de l’organisme les prodiguant qui doit être agréé par le Ministère de l’Intérieur (art. R. 1221-12 et suivants). Le Cidefe est agréé depuis juillet 1994, agrément régulièrement renouvelé.

 

 

 

 

Regrettant votre décision qui remet en cause un droit accordé aux élus locaux,

Je vous prie de croire, Monsieur le Député-Maire, à l’assurance de mes salutations distinguées.

Danielle Baillia

 

P.J. : Descriptif et fiche d’inscription pour la formation du 19.10.2006

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 12:38

Etienne DOUSSAIN

Adjoint au Maire

Président du Groupe des Elus Communistes

...................................

93160 Noisy-le-Grand

                                                Monsieur Michel PAJON

                                               Député – Maire

                                               Hotel de Ville

                                               BP 49

                                              93161 Noisy-le-Grand Cedex

Vos Réf. : CAB/MP/JB/AE 0610070

                                                Noisy, le 17 octobre 2006

Monsieur le Député – Maire,

Suite au refus que vous avez opposé à une demande de formation formulée par Mme Danielle BAILLIA, conseillère municipale, membre du groupe des Elus Communistes de notre ville, j’ai interpellé votre directeur de Cabinet, M. Julien BOUCLET pour obtenir des précisions sur la nature de ce refus. 

Vous avez bien voulu me répondre par lettre en date du 13 octobre dernier et je vous en remercie.

J’ai pris connaissance avec étonnement des termes de cette réponse. Il apparaît, en effet, que votre refus procède d’un grave précédent à Noisy le Grand et, ce pour la première fois depuis 1995. 

Votre interprétation de l’article L2123-12 du Code général des collectivités territoriales laisse à penser que la notion de formation « adaptée » prévue par le dit article doit être soumis à votre appréciation préalable, appréciation préalable bien subjective en la circonstance sur l’utilité ou non d’une formation sur le thème de la démocratie participative à l’aune des expériences développées en Amérique Latine, expériences qui ont des développements très concrets en France aujourd’hui dans de nombreuses collectivités territoriales. Ces développements français faisaient aussi l’objet de cette formation. 

Je crois même savoir que le Gouvernement dirigé par M. Lionel JOSPIN avait initié, de façon incomplète certes, des dispositions en faveur de la démocratie participative. Je crois me souvenir, en outre, qu’un de nos collègues, adjoint au maire, dans le cadre de son mandat de Conseiller Général, il est vrai, s’était rendu à Porto Allègre pour participer à un forum international abordant ce thème, Porto Allègre étant une ville bien connue pour ses initiatives en la matière.   

Que le thème de cette formation prévue le 19 octobre 2006 par le CIDEFE, organisme dûment agréé, donc habilité à déterminer le contenu de ses formations dont il rend compte régulièrement, vous apparaisse discutable, voire vain, en raison d’éventuelles divergences de conception sur les notions de démocratie représentative et participative, est un choix que je juge autoritaire et plus que contestable.

L’affirmation selon laquelle, « de toute évidence », cette formation est « sans aucun rapport avec les problématiques locales et ne répond pas à l’objectif des formations des élus locaux qui doit porter d’abord sur l’acquisition des connaissances et compétences directement liées à l’exercice du mandat d’élu local » est superfétatoire dans la mesure où la rédaction de l’article L2123-12 du Code général des collectivités territoriales ne supporte pas une telle interprétation. 

Pour éviter toute ambiguïté, je ne résiste pas à l’envie de vous communiquer sa rédaction complète : 

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES
(Partie Législative)
Article L2123-12 (Loi nº 2002-276 du 27 février 2002 art. 73 I Journal Officiel du 28 février 2002) 
   Les membres d'un conseil municipal ont droit à une formation adaptée à leurs fonctions.
   Dans les trois mois suivant son renouvellement, le conseil municipal délibère sur l'exercice du droit à la formation de ses membres. Il détermine les orientations et les crédits ouverts à ce titre.
   Un tableau récapitulant les actions de formation des élus financées par la commune est annexé au compte administratif. Il donne lieu à un débat annuel sur la formation des membres du conseil municipal.

NOTA : Loi 2002-276 2002-02-27 art. 99.

Comme vous pouvez le constater, il n’est nullement question dans le dit article d’un pouvoir d’appréciation, attribué aux maires, sur le contenu des formations adaptées aux fonctions des membres d’un conseil municipal, sauf erreur de ma part, bien entendu.

Si vous avez le droit d’estimer, autant à titre personnel et qu’en tant qu’élu, que le concept de démocratie participative n’est pas opérant, il ne vous appartient pas, a priori, de pouvoir juger, seul, du point de vue des autres élus municipaux sur l’utilité de ce concept dans leurs fonctions. Y compris, bien sûr, à Noisy le Grand où, comme dans de nombreuses communes, les élus doivent faire face au dégoût ou au désintérêt croissant de leurs concitoyens sur la conduite des affaires publiques.  

Regrettant vivement cette décision inquiétante dont j’informe M. le Préfet de la Seine Saint Denis,

Veuillez recevoir, Monsieur le Député – Maire, mes salutations distingués.

Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 12:30

Etienne DOUSSAIN

Adjoint au Maire

Président du Groupe des Elus Communistes

....................................

93160 Noisy le Grand

                                    Monsieur Jean François CORDET

                                    Préfet de Seine Saint Denis

                                    Préfecture

                                    124, rue Carnot

                                    93007 – BOBIGNY Cedex               

                                     Noisy le Grand, le 17 octobre 2006

Objet : refus formation élu municipal

 

 

Monsieur le Préfet,

Je souhaite vous faire part de ma préoccupation suite au refus de formation opposé à une élue de mon groupe politique par Monsieur le Maire de Noisy le Grand. 

A cet effet, vous trouverez joint à la présente copie du courrier que j’adresse à ce dernier contestant l’interprétation de l’article L2123-12 du Code général des collectivités territoriales. 

 

Je vous serai reconnaissant de bien vouloir me donner votre avis sur ce point. 

Par ailleurs, je profite de ce courrier pour vous informer que mon courrier précédent, ayant trait à la ZAC de Bas Heurts en date du 06 juillet dernier, est resté sans réponse de la part de vos services. Une copie est annexée à cette lettre. 

Vous remerciant de vos réponses, 

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de ma considération.

Etienne DOUSSAIN

Président

Groupe des Elus Communistes

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 12:28

A PROPOS DU PLAN LOCAL D’URBANISME ….

Monsieur le Député-Maire, chers (es) Collègues, il nous est demandé aujourd’hui d’arrêter le projet de Plan Local d’Urbanisme et d’approuver le bilan de la concertation préalable qui a pris fin le 1er juillet dernier.

 

 

Comme le précise la loi Solidarité et Renouvellement Urbain, cette concertation doit répondre à un double objectif : d’une part informer, d’autre part consulter et demander l’avis des personnes concernées par le projet P.L.U. avant qu’il soit arrêté. Le dispositif de concertation mis en place à N.L.G. est conforme aux dispositions réglementaires fixées par la loi.

Je me limiterai à une remarque générale concernant le 2ème point, à savoir la concertation. Dans le document remis à l’ensemble des Conseillers il est précisé que l’ensemble des noiséens ont pu disposer à domicile d’une information complète et claire sur le projet et plus de 2 000 personnes se sont mobilisées, soit en participant aux réunions, soit en allant visiter les expositions, soit en remettant une contribution écrite. La mobilisation des habitants a été significative est-il précisé.

En réalité, la mobilisation des habitants a faibli entre les deux séries de réunions publiques où moins de questions ont été posées. En effet, lors des 3 premières réunions publiques, 700 personnes se sont déplacées. Dans la deuxième phase de concertation , elles n’étaient plus que 500 personnes dans 4 lieux différents. Pour une ville de 63 000 habitants qui se projette vers les 75 000 habitants, je dirais que le compte n’y est pas !

 

D’ailleurs, il est à noter, c’est sans doute peu, mais tout de même 39 personnes ont fait des remarques sur le dispositif de la concertation, à savoir le nombre de réunions insuffisant, et des supports d’informations non accessibles à tous…

Autre remarque à propos du logement social, il est précisé que le Projet d’Aménagement et de Développement Durable identifie clairement l’enjeu que constitue le renouvellement urbain de certains quartiers de la « ville nouvelle » : Pavé Neuf auquel s’ajoute maintenant le Mont d’Est, quartier de la Butte Verte, Noiseraie.., le P.L.U. veille à permettre la réhabilitation et l’évolution de ces quartiers mais il n’est pas le principal outil de mise en œuvre, qui relèvent des dispositifs publics que l’Etat promeut dans le cadre de la politique de la ville par l’intermédiaire de l’A.N.R.U..

Etant donné qu’il y a renvoi vers un autre dispositif qui s’appelle l’A.N.R.U., pourquoi n’organise-t-on pas un débat sur ce sujet qui intéresse bon nombre de noiséens ?

La concertation pour moi n’est pas terminée, c’est pourquoi je m’abstiendrai sur le dossier qui nous est présenté ce soir et je souhaite que les habitants se sentent encore plus mobilisés et qu’ils s’expriment à travers l’enquête publique qui va suivre. Il s’agit de l’avenir de notre ville qui se dessine pour les 15 ans à venir !

Danielle BAILLIA

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 12:24

RESTAURATION COLLECTIVE SCOLAIRE ET MUNICIPALE

Vous nous proposez de reconduire le principe d’une délégation de service public avec un autre concessionnaire, à savoir AVENANCE. Je n’ai pas d’appréciation arrêtée sur l’un de ses grands groupes : SODHEXO, SOGERES, AVENANCE… à part le fait qu’ils concentrent tous les marchés ! Cela inclut donc une grande vigilance de la part des services de la Ville pour bien veiller au respect du contrat en terme de qualité des aliments, de quantité des aliments mais également de s’assurer que la parole des professionnels, des usagers soit bien prise en compte.

Il n’en reste pas moins que je regrette qu’aucune étude n’ait été engagée sur un retour possible dans le secteur public par l’intermédiaire d’un syndicat intercommunal. Les élus communistes en avaient fait la demande en Conseil municipal le 13 octobre dernier, à un moment où nous constatons tous qu’un certain nombre de collectivités font ce choix, par exemple la mairie du 12è arrondissement dont le Maire n’est autre que Mme BLUMENTHAL, membre du P.S.

D’ailleurs, il existe un syndicat intercommunal à la recherche de villes adhérentes, le SIPLARC qui fonctionne à Noisy-le-Sec, Maire U.D.F. et Bondy, Maire P.S. dont le Président est le 1er adjoint de Bondy. Des partenariats nouveaux étaient possibles à un moment où la notion de service public est combattue âprement par la droite et son gouvernement (un seul exemple : G.D.F et le projet de fusion avec Suez…). Nous avons l’outil sur le territoire, une cuisine centrale dont chacun reconnaît la grande qualité. Nos offices dans les écoles sont opérationnels. La facturation ? Les services publics municipaux savent traiter cette question depuis longtemps.

Il est regrettable encore une fois de ne pas avoir examiné la possibilité de reconstruire un service public communal. En conséquence, je voterai contre la délégation de service public à une nouvelle société privée !

Danielle BAILLIA

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 17:23

 

Monsieur le Député – Maire, Mesdames, Messieurs les Conseillers,

Il est temps ! Il est temps effectivement d’amplifier l’effort de la ville en direction, en particulier, du quartier du Pavé Neuf.

Il est temps car, nous le savons tous autour de cette table, la parole de l’Etat a été bafouée lors du remplacement du dispositif Grand Projet de Ville par celui de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine.

Peut-être que le précédent dispositif devait être revisité, ajusté, voire corrigé mais, en tout état de cause, l’Etat a interrompu le processus que la ville avait engagé. Or, interrompre ce processus signifiait implicitement que l’on renvoyait aux calendes grecques la question de la qualité de vie des personnes de nos quartiers, le Pavé Neuf notamment puisque le premier effort avait porté sur le quartier des Hauts Bâtons et la dalle du Champy, opérations qui ont été réalisées avec succès.

Nous savons aussi que le dossier ANRU que la ville s’apprête à déposer auprès du Préfet de la Seine Saint Denis ne sera pas automatiquement validé et, que, là encore, en cette fin de régime scandaleuse, il y aura   loin de la coupe aux lèvres, sans évoquer, par ailleurs, d’éventuels débats contradictoires entre nous sur son contenu !

Donc exit le GPV, et nous n’aurons même pas pu dire avec certitude, bienvenue à l’ANRU tant l’incertitude va croissante. Alors, dans un tel contexte, je ne peux que saluer, au nom des Elus Communistes, le choix que la ville va décider ce soir.

 

C’est vrai que les deux opérations qui nous sont proposées pourront donner lieu à polémique, saupoudrage électoral, diront les uns ; pourquoi avoir attendu si longtemps, diront les autres. 

 

Sans doute, aurions nous pu prendre cette décision plus tôt ! Sans doute Mireille Ferry aurait-elle du venir plus tôt visiter notre ville en sa qualité de Vice Présidente de la Région Ile de France même si un débat subsiste entre nous, Monsieur le Maire, sur la difficile question de la densification urbaine !

Sans doute, sans doute … mais peu importe ou plutôt voyons ce qui nous importe. Dans ce dossier, la Région peut accompagner la ville sur deux opérations d’aménagement. 

 

Nous disons : Banco, réalisons ces opérations !

D’ailleurs, nous insisterons sur la priorité du Pavé Neuf car ces habitants peuvent avoir le sentiment légitime que les projets de requalification ne sont restés que des projets dans les cartons et que la ville les a oubliés même s’il faut tempérer ce jugement sévère !

Alors, vite sur ce dossier !  Même si, bien sur, nous sommes loin d’une opération de très grande envergure, il y a du mieux à vivre dans ce quartier, au moins au cœur de l’îlot Georges Brassens, avec cette école où curieusement la cour de récréation a été placée sur un toit de parking.

S’agissant de la Place du 11 novembre, nous souscrivons aussi à la proposition qui nous est faite. Terminons la requalification de cette partie d’un quartier majeur de notre ville.

Il reste beaucoup à faire, nous le savons et en me répétant, nous pouvons avoir les plus grands doutes sur les réponses que la ville obtiendra dans le cadre de l’ANRU et sur l’évolution future de ce dossier.

Nous serons concrets ce soir : la ville a des disponibilités, la Région peut participer … nous sommes d’accord et nous voterons pour.     

Je vous remercie               Etienne DOUSSAIN

Partager cet article
Repost0