Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles RÉCents

  • Bonnes fêtes quand même, à toutes et tous ...
    CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 16 DÉCEMBRE 2021 Décor extérieur puis intérieur : Dès 18 h 30, sur le parvis de l’hôtel de ville, une centaine de personnes avec pancartes et une petite sono se rassemble et proteste contre le pass sanitaire, et pour plusieurs...
  • Faire cesser l'insupportable...
    COMMUNIQUÉ Nous venons de prendre connaissance de la lettre anonyme que Patrice Anato, député de notre circonscription, a reçu à l’Assemblée nationale. Cette lettre contient des insultes racistes et des menaces de mort. Nous sommes indignés et révoltés...
  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 19:00

Tract 7 mars BAT (1) Page 1

Tract 7 mars BAT (1) Page 2

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 18:00

Tract-7-mars-BAT--1-_Page_1.jpg

Tract-7-mars-BAT--1-_Page_2.jpg

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 10:00

_1099.jpgDimanche 2 mars, un embouteillage humain rose sur le trottoir du café du Cinéma !, A défaut d'être seulement des socialistes honteux de la Rose et du Poing gouvernemental, fallait mettre de la couleur pour faire illusion. D'ailleurs, le patron était là, himself..., oui, celui qui comme Député a toujours voté les mesures de ce même gouvernement, de la prétendue réforme des retraites au pacte de responsabilité, tous deux, gros, très gros cadeaux au patronat. Décidemment, la myopie des militants et des sympathisants est sévère... ou alors le pouvoir que confère les institutions les éblouit pour de biens maigres avantages supposés. Tant pis pour les futurs abstentionnistes...

C'était la première déception d'un dimanche presqu'ordinaire noiséen !

Un peu plus loin, quelques militants UDI distribuent leurs tracts. Contenu d'un d'entre eux ? "Préservons nos beaux quartiers pavillonnaires"... Mot d'ordre ? " pour une révision concertée du Plan local d'Urbanisme à Noisy le Grand" ...et quatre photos... Bien léger que tout cela. Surtout quand on sait, ce qui est le cas de la candidate Marylise Martins, que les futures intercommunalités qui se dessinent sous fond de Grand Paris, rendront très difficiles la consultation des habitants, les communes se voyant progressivement dépossédées de leur pouvoir en matière de PLU. Faudrait voir à moyenner moyennement du côté de l'UDI et de tout dire aux électeurs, comme par exemple, NON au Grand Paris ou NON aux intercommunalités forcées que prépare ce gouvernement. A moins que, finalement, qui ne dit mot consent. Auquel cas, le mensonge par omission, là encore, ne serait là que pour amuser la galerie et divertir le chaland en lui donnant un tract en couleur...

C'est le début de la deuxième déception de la journée. Par contre, plus insidieux que le second papier de l'UDI avec son titre qui se veut accrocheur " Plus de securité pour tous les noiséens" ! Rien que cela... La ville est à feu et à sang... Vivement le couvre-feu ! A moins qu'il ne s'agisse que de devancer le Front National sur son terrain préféré... A moins qu'il ne s'agisse que de pas laisser l'UMP local se vautrer sur le même thème...

Et alors, le "must" suit, 50 policiers municipaux supplémentaires mais rien sur la Police nationale de proximité, les services publics ou la prévention de la délinquance; plus de vidéosurveillance en oubliant de rappeler que le taux de résolution des affaires de délinquance ou de criminalité, gràce à elle, est largement contestée et contestable dans les milieux bien informés ou encore que le cahier des charges de ces dispositifs concerne, et pour beaucoup, la délinquance routière. On taira bien évidemment le coût de telles installations. A ce jour, la maintenance de la cinquantaine de caméras, hors personnel et hors investissement, c'est de l'ordre de 350 000 euros l'an, une paille...

Quel programme réconfortant pour les noiséens ! A défaut de sécurité réelle, notamment sociale avec de l'emploi et la lutte contre les licenciement, par exemple, ce sera "souriez, vous serez encore plus filmés qu'avec Michel Pajon...

Reste, le plus triste, sinon le plus douteux, de la deuxième déception de la journée. "Zero campements illégaux: tolérance zéro sur les campements illégaux... et les voitures ventouses" (amalgame très curieux). Voila, une ambition municipale de taille. Virons les pauvres et les sans abris, européens, français ou non... Fort minable, chante Stromaé, disions-nous, dans un autre billet d'humeur ! Nous y sommes... Plus forts que l'anonyme en politique, celui qui prétend rassembler plus être plus forts. Avec lui, les campements illégaux avaient à peine le temps d'exister quelques semaines. Avec Marylise Martins, ce sera encore mieux... Pas le temps de monter une cabane en pleine hiver !

Décidemment, Le FN n'a juste qu'à attendre que le climat politique soit bien pourri, l'UDI et l'UMP s'en occupent !

Faut-il que les uns et les autres n'aient rien à dire pour en être rendu à ce point...

Finalement, entre le Rose honteux, l'UMP et l'UDI, le bleu marine à se noyer, que reste-t-il ?

"Noisy Solidaire, à gauche vraiment !", c'est l'évidence même !

Partager cet article
Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 21:29

Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, campagne électorale oblige, donne la parole aux candidats. Aussi, "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !" a exprimé son point de vue par la voix de sa tête de liste, Patricia Bétuel.

Pour l'édition "papier", les lecteurs réguliers de ce journal auront déjà pris connaissance des propos des candidats. Par contre, concernant l'édition sur le Net, il est logique que nous mettions en ligne l'intégralité de la déclaration de "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !".

1995, Noisy le Grand, 26 % de logement social.

2014, de 22% à 23%, en étant passé d'environ 40000 à 68000 habitants.

Cherchons l'erreur !

Le bilan ?

Une modification sociologique considérable ! C'est la fameuse« gentrification » de la ville qui oblige les salariés aux revenus moyens àquitter Paris, devenue inabordable, pour une banlieue qui autorisera encore un parcours résidentiel à la mesure de leurs ressources et de l'endettement que les banques leur concèdent.

Dans le même temps, le plan local de lhabitat, réalisé par la majoritésortante, révèle en 2013, que 30% des ménages noiséens seraient éligibles au dispositif le plus aidé du logement social, le PLAI. Or ce dispositif d'État est notoirement insuffisant comme en témoignent, année après année, les rapports de la Fondation Abbé Pierre ou encore l'ancienne ministre du logement du gouvernement Jospin, Marie Noëlle Lienemann.

Alors oui, il faut construire des logements sociaux à Noisy le Grand, mais des vrais, et atteindre 30% est une nécessité, tout comme dans les villes qui ne respectent même pas la Loi SRU.

Sinon, impossible d'empêcher l'exode de la jeunesse qui décohabitent et ne peuvent se loger dans notre ville car les loyers du parc privé ou public sont trop chers. Sinon les salariés précaires, les chômeurs, les familles monoparentales ou les retraités pauvres seront condamnéà quitter leur ville et partir plus loin, véritable aberration pour le développement durable..

Quoiqu'en dise le maire sortant, Miche Pajon, les logements construits ces dernières années n'ont de sociaux que le nom. 7% de PLAI, c'est totalement insuffisant. Et les noiséens savent bien que les nouveaux logements sortis de terre n'ont rien réglé face à la forte demande.

En revanche, nous revendiquons un logement social de qualité, diffus dans l'ensemble du parc immobilier noiséen, qu'il soit pavillonnaire ou constitué d'immeubles.  Nous revendiquons bien entendu, le respect d'un parcours résidentiel équilibré mais nous pensons qu'il n'y a pas de contradiction entre 30% de véritables logements sociaux et l'accession à la propriété aidée ou libre pour ceux qui le peuvent. Des petits programmes, sans densification excessive, sont réalisables dans tous les quartiers en les insérant dans le tissu urbain existant, en le respectant. Pour nous, la ville doit se construire sans politique de destruction systématique qui insécurise de fait toute la population. Beaucoup dexpériences le prouvent déjà en France. On peut construire du logement vraiment social de qualité aux normes HQE, dans un maillage intelligent dans nos villes sans en revenir aux hérésies des villes nouvelles qui ont concentré au fil de ans, crise sociale et mal vie, souvent dans une logique de ghetto.

Dans les faits, à Noisy le Grand, nous sommes déjà dans une ville à deux, voire trois vitesses. Celle des pauvres et des précaires qui vont devoir partir; celle de la couche moyenne dont l'endettement devient de plus en plus problématique, les banques n'aidant pas vraiment; celle de ceux qui peuvent spéculer... Nous refusons cette logique infernale, tout comme nous combattons une densification urbaine qui ne fait que passer par une politique de " table rase". Nous n'avons pas le phantasme de la Capitale de l'Est Parisien.

Ci dessous l'édition du Parisien :

Screenshot 2014-02-28-22-48-11

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 18:00

Les beaux jours reviennent et avec eux : l'espoir...

C'est la première phrase du dernier tract de l'UMP et de sa candidate Brigitte Marsigny. De la poésie, en somme !

Sauf que ... les deux thèmes qui suivent ce moment d'espoir sont d'une tristesse à pleurer, même si l'on sait que l'espoir fait vivre.

Le débat sur les rythmes scolaires mérite mieux que des phrases creuses qui ne disent rien ... des rythmes scolaires. Juste saura-t-on que cela coutera 1,5 millions d'euros et qu'il faudra avoir "aussi un peu de courage pour les questions d'éducation". Un peu court, sur le sujet. Rien sur la territorialisation, rien sur le risque d'éclatement sur service public national de l'éducation, rien sur l'organisation d'une véritable concertation à l'avenir rassemblant professionnels et famille, rien, rien de rien... Autrement, un tract pour amuser la galerie !

Sauf que, sauf que... au passage, un coup tordu, celui de la "la théorie du genre" dont seraient a priori coupables, pêle-mêle, les enseignants bien obeissants à leur ministre et le gouvernement... alors même que que rien dans les programmes de l'Education Nationale, rien dans les positions syndicales des enseignants ne permet d'affirmer qu'une telle théorie existe dans les écoles de la République... Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose...

On connait largement notre sentiment à l'égard des socialistes noiséens, surtout ceux qui se cachent de l'être. On connait largement notre critique de la politique de ce gouvernement et du président Hollande. Mais, de grâce, à l'UMP, balayez devant votre porte et arrêtez le jeu dangereux qui consiste à souffler sur des braises qui n'existent pas... sauf à vouloir mettre le feu pour le FN.

Idem pour le second thème, l'inévitable "bilan en matière de sécurité" qui nous annonce que décidemment Michel Pajon avec sa vidéosurveillance et sa police municipale n'en a pas fait assez... Quel programme ! En oubliant soigneusement de rappeler aux noiséens, qu'un certain Sarkozy, ministre de l'Intérieur puis président de la République, a liquidé la police de proximité, celle dont on a besoin dans nos quartiers et que si les effectifs de la police nationale ont fondu dans notre ville, c'est en partie en raison de la politique menée par ... l'UMP.

Nous expliquer maintenant qu'il manque des effectifs de la police nationale à Noisy le Grand et que la police municipale est une police "low cost", c'est un peu fort de café !

A moins que, à moins qu'il ne s'agisse que d'affoler le bon peuple, trop naïf, qui ne comprend rien à rien... A moins qu'il ne s'agisse que d'aller sur le terrain nauséabond, encore une fois, du Front National...

Chacun en jugera !

Pour ce qui nous concerne, cela sent mauvais et n'augure rien de bon pour cette campagne électorale. Entre mensonges par omission de droite et bluf d'ex PS, que reste-t-il ?

"Noisy Solidaire, à gauche vraiment !", bien évidemment !

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 18:55

150 engagements tenus…

Vaste rigolade que ce tract du candidat Michel Pajon sans la Rose et le Poing, chers aux Socialistes. Mais, c’est vrai pour vivre heureux, vivons cachés !

150 engagements tenus, donc ! Formidable, comme le dit Stromaé, et par fort minable comme le dit le même en chanson, le maire sortant a travaillé… Encore heureux, non ? 

Encore heureux que depuis 1995, date du premier mandat, vingt ans déjà bientôt, notre édile puisse confirmer qu’il a travaillé laborieusement pour les noiséens. Bien normal d’ailleurs, même si c’est écrit en tout petit et que la lecture en est fatigante, qu’un certain nombre, un nombre certain faut-il le souligner, d’engagement s’avère réalisé… Bien normal quand on est payé pour cela et que l’on est devenu un professionnel de la politique ! Faut-il s’en vanter ? Faut voir...

Donc, jusqu’à là, pas grand-chose à dire de plus… Mais, car il y a toujours un mais, voire deux, mais pourquoi ce coup de Jarnac contre son parti ? Car enfin, se cacher de son appartenance politique et mettre en avant sa propre et prétendue réussite, ce n’est pas dire crûment que d’autres ailleurs, au gouvernement, à la présidence de la République, par exemple, ne tiennent pas les leurs, leurs engagements ? Chacun l’aura compris ou pourra s'interroger.

Question légitime s’il en est que celle-ci… Un Président socialiste, devenu social démocrate – nous, nous pensons social libéral -  qui ne respecte pas ses promesses de campagne et un maire socialiste, mais qui ne le dit plus, qui affirme haut et fort, tenir les siennes … C’est troublant, cette stratégie de communication !

Troublante cette volonté de ne pas être confondu avec ses propres amis ! Mais, c’est ainsi. Peut-être, le savions-nous peut-être pas encore, qu'au fond il n’était pas socialiste, notre bon maire, qu’il s’était juste trouvé là par hasard, un peu avant 1995 devant la porte du Parti Socialiste et qu’il y avait de la lumière ? Qui sait ?

Mais, revenons à notre second mouton ! 150 engagements, dites-vous ? Cela vaut le coup d’œil, jetons le…

Aie, aie, ça commence mal. Premier engagement, la nouvelle gare routière…

Manque de pot, l’étude de ce chantier a commencé bien avant 2008 et l’opérateur principal n’est pas la ville. Non, monsieur le Maire sortant, l’opérateur, c’est la Région Ile de France et le STIF. Oui, la ville est intervenue pour l’aménagement du lac contigu mais, Non, la ville n’avait pas la maitrise du chantier, pas plus qu’elle n’était responsable de son financement. On nous aurait menti à l’insu de son plein gré ?

Deuxième engagement, l’obtention de trois lignes du futur métro automatique à Noisy-Champs… Vous aurez noté la nuance, la nouvelle gare du Grand Paris sera sur Champs Sur Marne mais les trois lignes sont à Noisy Champs…  Soyons indulgents, la ville a bien donné son avis sur le Grand Paris mais quand à obtenir, la question reste ouverte. On croit se souvenir que le maire sortant aurait bien aimé avoir une gare du Grand Paris … au Mont d’Est, mais les arbitrages du Grand Paris sont comme les voies du Seigneur, elles sont impénétrables ! Donc, désolé, Michel, cet engagement, c’est pan sur le bec, la ville a fait ce qu’elle a pu, point…

Finalement, la politique, c’est comme si on faisait faire le boulot par les autres et que l’on disait, j’y étais et c’est grâce à moi ! C’est comme si, la ville affirmait qu’elle avait obtenu, toute seule, les collège et lycée internationaux…

Mais foin de mesquineries, allez, prenons au hasard, le 22ème engagement, très beau celui-là, l’obtention d’une déclaration d’utilité publique pour l’acquisition du Bois Saint Martin. Bien vu, Lulu, de mettre un tel engagement en valeur alors que l’arrêté conjoint des Préfets du Val de Marne et de Seine Saint Denis a été retoqué par le Tribunal Administratif ! Bien vu, au moment où la ville vient d’apprendre qu’elle était déboutée en appel…  Mais, ne soyons pas trop sévères, ils y croyaient les amis du Bois Saint Martin, largement soutenus par le maire sortant, à croire d’ailleurs que la création de cette association tombait à pic !

Nous piochons encore une fois ?

Allez, soyons fous, 150 engagements tenus, c’est tellement beau que l’on en redemande. Tiens, prenons le point 98, allez mettons-y le point 99, la mise en accessibilité du cinéma le Bijou et de la nouvelle mairie. Incroyable que de mentionner ces deux engagements ! Le maire a respecté la loi de la République, une qu’il a peut-être votée, à moins qu’il ne se soit abstenu comme député, la loi du 11 février 2005 portant, notamment, sur l’accessibilité des lieux publics pour les personnes à mobilité réduite ! Alors là, fallait le faire. Faire passer l’application de la Loi pour le respect d’un engagement, fallait oser ! Mais que voulez-vous à l’heure du bilan, il n’y a pas de mal à se faire mousser à peu de frais…

On pourrait continuer de piocher mais, bon… Ah si, le logement, les points qui vont du numéro 143 au 150. On n’a pas vu l’enquête publique retoquée pour les Bas Heurts, on n’a pas vu la moindre évocation des 10 ans perdus entre l’an 2004 et l’an 2014 pour l’aménagement de ce quartier. Pas d’engagement tenu, Monsieur le Maire ?

On n’a pas vu, non plus, l’état d’avancement de l’engagement pris pour la ZAC du Clos d’ Ambert. Pas d’engagement public, non plus, sur ce dossier ?

Bon, arrêtons là, les engagements tenus, cela n’a rien à voir avec de la communication électorale pour naïfs, c’est du sérieux… Puisque l’on vous le dit, croyez-le sur parole…de scout !

 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 17:54

Une contribution utile à notre réflexion collective car nous sommes beaucoup plus intelligents à plusieurs que tout seul... D'ailleurs, n'y-a-t-il pas quelque chose à prendre pour notre bon vieux Noisy le Grand en cours de "gentrification" ? Pour autant, on n'est pas obligé d'être d'accord sur tout...

Pages-de-cerises_205_Page_1.jpgPages-de-cerises_205_Page_2.jpg

Pages-de-cerises_205_Page_3.jpgPages-de-cerises_205_Page_4.jpgPages-de-cerises_205_Page_5.jpg

Partager cet article
Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 10:53

logo 

 

Action mail François Hollande : pour une TTF ambiteuse,
ne cedez pas au lobby bancaire

 
 

 

 
 

Cliquez ici pour participer à l’action en envoyant un mail à François Hollande

Le 19 février à l’Elysée, François Hollande et Angela Merkel rendront publique leur position commune sur la taxe sur les transactions financières (TTF) européenne. Depuis plusieurs mois Bercy et les banquiers s’efforcent de vider de son contenu le projet de la Commission, qui a le soutien de l’Allemagne.

295 associations, ONG et syndicats de 17 pays européens interpellent François Hollande pour qu’il ne cède pas à la pression du secteur financier et que soit mise en place dès 2015 une véritable TTF.

Attac vient de publier une note d’interpellation : « Taxe Tobin européenne : pourquoi veulent-ils la saboter ? », qui fournit les éléments essentiels du débat.

   
 

Après quinze ans de mobilisation, Attac voit sa mesure fondatrice, la taxe Tobin, proche d’aboutir. Début 2013, la Commission européenne a présenté un projet de taxe sur les transactions financières (TTF) pour être mis en œuvre dans onze pays de la zone euro, dans le cadre d’une coopération renforcée. La décision finale des onze pays concernés est imminente.

L’assiette proposée est large : la grande majorité des transactions financières serait concernée, à l’exception regrettable des transactions de change. Les taux proposés sont intéressants : 0,1 % pour les actions et produits structurés et 0,01 % pour les produits dérivés. Le Parlement européen propose de relever ce taux à 0,05 %.

Avec les seuls onze pays participants, cette taxe rapporterait 36 milliards d’euros, qui pourraient servir à protéger l’emploi et les services publics et à financer les engagements internationaux français et européens en matière de lutte contre la pauvreté et de changement climatique. En France seulement, la TTF européenne rapporterait 10,8 milliards d’euros, contre 0,6 milliard pour la dérisoire taxe de bourse promue début 2012 par Nicolas Sarkozy sous le vocable mensonger de TTF.

Malgré ses lacunes, la proposition de la Commission représenterait une avancée. Elle pourrait permettre de dissuader la spéculation et le trading à haute fréquence, et de réduire la taille et l’instabilité des marchés financiers : un premier pas pour réduire durablement le pouvoir de la finance.

Pourtant, depuis juin 2013, le lobby bancaire fait de la résistance. Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a encore déclaré récemment sans aucune retenue qu’« avec la TTF les banques partiront ». Bercy s’emploie donc à vider de son contenu le projet de la Commission. En introduisant de nombreuses exemptions notamment sur les produits dérivés, la France semble vouloir reproduire la soi-disant « TTF » française à l’échelle européenne. Une taxe vingt fois moins ambitieuse que le projet de la Commission !

La note d’interpellation publiée aujourd’hui par Attac propose un éclairage sur les éléments clés du projet de TTF européenne ainsi que sur les raisons de l’opposition farouche de Bercy et des banques. C’est un outil au service des citoyennes, pour que le gouvernement français cesse de saboter ce projet et mette en œuvre dès 2015 une TTF ambitieuse avec les dix autres pays volontaires de la zone euro.

Attac France

 

 

Informations complémentaires

·         Note Attac France — Taxe Tobin européenne : pourquoi veulent-ils la saboter ?

·         Tribune — Ne cédons pas face au lobby des banques

·         Lettre ouverte — M. Hollande, ne cédez pas à la finance !

·         Mobilisation citoyenne — Envoyez la lettre ouverte à F. Hollande !

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:30

Guillaume Duval et Alternatives Economiques nous pardonneront mais quand c'est clair et net, on ne voit pas trop l'intérêt de paraphraser ce que d'autres ont écrit efficacemment.

Par contre, rien ne vous empêche de vous abonner à

logoae

Déficits : pourquoi la Cour des comptes se (et nous) plante

La cour des Comptes vient de rendre public son rapport annuel. Elle a mis en garde à cette occasion contre une dégradation des comptes publics plus forte qu’attendue jusque-là pour 2013 et contre des risques de dérapages pour l’avenir. A juste titre : c’est en effet le résultat prévisible d’une politique d’austérité excessive, et cela d’autant plus qu’elle est aussi menée chez tous nos voisins. Mais les conclusions et les recommandations que la Cour en tire sont fausses.  

Comme prévu, l’austérité n’a pas fonctionné

L’année 2013 c’est en effet – malheureusement – déroulée exactement comme on pouvait le prévoir (les lecteurs réguliers d’Alternatives économiques nous ont en effet déjà entendu maintes fois tirer la sonnette d’alarme à ce sujet depuis que nous avions lancé en particulier l’appel « Les 3 % c’est pas maintenant » en septembre 2012). En 2012, Nicolas Sarkozy avait déjà engagé une politique d’austérité ambitieuse. Mais à son arrivée aux affaires, François Hollande l’a nettement renforcée en organisant un violent tour de vis budgétaire pour 2013 : 30 milliards de restriction budgétaire d’un coup, soit 1,5 points de PIB, - 10 sur les dépenses, + 20 sur les recettes. Il voulait en effet à tout prix tenir son engagement de campagne de ramener les déficits publics sous la barre des 3 % du PIB dès l’an dernier.

Au final cette politique s’est révélée franchement contreproductive. Sous le poids de l’austérité budgétaire, l’activité a calé avec 0,3 % de croissance seulement l’an dernier (après déjà 0 % en 2012). Cela a entraîné de nouvelles pertes significatives d’emploi – 130 000 dans le secteur marchand – et une nouvelle hausse du nombre des chômeurs – 280 000 inscrits de plus à Pôle emploi sur l’année en catégorie A, B et C – mais aussi des recettes fiscales moindres qu’attendu et un déficit accru des régimes sociaux. Et au final le fameux déficit s'est à peine réduit, passant seulement de 4,8 % du PIB en 2012 à 4,3 % en 2013 au lieu des 3 % initialement visés.

Le déficit structurel c’est du pipeau

La Cour des comptes considère cependant (en substance) que ce mauvais résultat ne serait finalement pas si grave et que ce choix était au fond justifié parce qu'il aurait quand même permis de réduire beaucoup ce qu’on appelle le déficit public "structurel", c'est-à-dire celui que le pays aurait eu si l'activité avait été normale au lieu d’être déprimée. Et donc elle recommande au gouvernement de continuer sur cette voie. Il faudrait même accentuer cette austérité puisque les résultats attendus n’ont pas encore été atteints.

Malheureusement ce raisonnement ne tient absolument pas la route : si on continue à ne pas soutenir l’activité et donc à laisser le chômage se maintenir durablement à des niveaux très élevés, on contribue à détruire en réalité la substance même de l'économie française. En effet, les chômeurs, à force de le rester longtemps, ne peuvent plus vraiment retrouver un emploi sans être lourdement formés et accompagnés pour être réinsérés sur le marché du travail. Les entreprises qui ont fait faillite et les usines qui ont fermé ne peuvent plus se remettre à produire même si l'activité repart.

Autrement dit comme disent les économistes, l’austérité a pour résultat de réduire le "PIB potentiel" du pays. Or c’est lui qui est à la base des estimations du fameux « déficit structurel » dont se gargarisent Bercy et la Cour des comptes. En réalité plus on laisse le pays persister longtemps dans la stagnation, plus le véritable niveau du « déficit structurel » s’accroit et se rapproche du déficit conjoncturel observé. Ce qui signifie qu’au final, loin de redresser les finances publiques on aggrave donc au contraire structurellement leurs difficultés puisqu’on réduit la capacité de produire des richesses qui permet de financer services publics et protection sociale. Mais apparemment ce sont des raisonnements trop compliqués pour nos éminents comptables de la rue Cambon qui préfèrent encourager vivement le gouvernement à poursuivre sur la voie qui conduit à une stagnation prolongée de l’économie française.  

Guillaume Duval

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 14:00

Tract 13 fev(1)

Partager cet article
Repost0