Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles Récents

  • Bonnes fêtes quand même, à toutes et tous ...
    CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 16 DÉCEMBRE 2021 Décor extérieur puis intérieur : Dès 18 h 30, sur le parvis de l’hôtel de ville, une centaine de personnes avec pancartes et une petite sono se rassemble et proteste contre le pass sanitaire, et pour plusieurs...
  • Faire cesser l'insupportable...
    COMMUNIQUÉ Nous venons de prendre connaissance de la lettre anonyme que Patrice Anato, député de notre circonscription, a reçu à l’Assemblée nationale. Cette lettre contient des insultes racistes et des menaces de mort. Nous sommes indignés et révoltés...
  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 15:29

Il parait que certains n'ont pas aimé, ici ou là....

On aurait perdu le sens de l'humour du côté du Parti Socialiste, de Matigon et de l'Elysée ?

Il est vrai que par ailleurs, nombreux sont ceux qui rient jaune en pensant avoir voté pour "le changement, c'est maintenant !

Alors ne boudons pas notre plaisir et regardons cette vidéo du PCF...

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 18:00

On a loupé la "fin du monde", ne loupons PAS les fêtes de fin d'année !

 

Pour le reste - et ce n'est pas rien - on reprendra le collier dans quelques jours ...

 

 

gif-anime-noel-145.gifnoel-papanoel-74

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 19:56

Logo.JPG

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2012

I ADMINISTRATION GENERALE

1.       Approbation du compte rendu de la réunion du Conseil Municipal du 29 novembre 2012.

Compte tenu de notre article précédent du  Censure ???     , chacun comprendra qu’il nous fallait poser la question de la censure de notre intervention lors du conseil du 29 novembre, en espérant qu’il s’agissait d’une « omission » bien involontaire. Pauvres naïfs que nous étions ! Réponse approximative du maire, normalement garant des débats du conseil municipal : « ah oui, vous vous en êtes aperçus » et de rire. anme48ee6cb1676bed3.gifAucune réaction des autres membres du conseil municipal, à l’exception de Mme Martins lors de la délibération suivante. Nous avons voté contre le compte rendu et considérons que ce mépris du fonctionnement démocratique du conseil municipal est « minable » comme a su le dire le Premier ministre à propos de l’exil fiscal d’un de nos concitoyens dont le nom ne vaut même pas la peine d’être cité. ­

2.       Approbation du plan d’actions Agenda 21 pour la période 2013­2016. Rapporteur : Monsieur le Maire.

Etonnante que cette conviction de la majorité municipale que d'être persuadée de tout faire (bien) pour l’avenir des Noiséens… Mme Martins enfonce quelques banderilles, justes dans l’ensemble. Nous en rajoutons un peu en parlant de la consultation des habitants, les conseillers municipaux de l’opposition n’ayant pas été conviés à la réflexion préalable sur l’Agenda 21, issu du Grenelle de l’environnement, quelque peu « tarte à la crème » du gouvernement précédent. Bref la suffisance l’emporte avec la complicité locale des élus d’EELV, leur tête de file faisant une déclaration lénifiante, à notre avis du moins. La prudence est de mise. Abstention de notre part.    

II AFFAIRES FINANCIERES

3.       Autorisation spéciale d’ouverture de crédits avant le vote du bud­get primitif 2013. Rapporteur : Monsieur MIERSMAN.

Procédure normale de fin d’année. Pour fonctionner dès le début de la suivante, il faut un peu de monnaie. Donc une délibération à hauteur d’1/3 des crédits 2013, sauf erreur de notre part avec, au passage 3 millions d’euros (cela ne peut pas attendre !) pour les incontournables acquisitions foncières de M. le Maire, grand bâtisseur devant l’éternel. Et un ange d’une autre époque passe en susurrant « Noisy béton ». Ce ne sera pas notre budget, nous avons d’autres priorités. Nous votons contre.    

4.       Acomptes aux associations sur subventions au titre de l’année 2013. Rapporteur : Monsieur MIERSMAN.

Procédure tout aussi normale. Il faut que, par exemple, que l’amicale du Personnel ou le syndicat d’initiative puissent démarrer l’année sans souci. Nous votons pour.

III URBANISME

5.       Avis sur le projet de Schéma de Cohérence Territoriale arrêté par le Comité syndical du Syndicat d’Agglomération Nouvelle du Val Maubuée. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Le SCOT de Marne la Vallée, du moins du SAN. Dans ce document apparaissent bien entendu les projets noiséens mais, en l’occurrence, il s’agit d’une réflexion plus large que le seul « nombril » de notre ville, y compris en matière de transport. Curieusement, certaines propositions qui pourtant, à notre avis, pourraient avoir un lien avec l’Agenda 21, ne plaisent pas à M. le Maire et au 1er adjoint  alors même que le bureau municipal s’est réuni (en leur présence peut-on penser) pour approuver le SCOT assorti de quelques réserves. Qu’à cela ne tienne, on corrigera en séance les réserves en durcissant le ton. Devant ce cafouillage, abstention de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! ».

6.       Acquisition amiable de la propriété cadastrée section AH n° 454 pour 359 m2 et AH n° 774 pour 305 m2 sise 165­167 avenue Emile Cossonneau. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Des dossiers que nous n’aimons pas. Le Monopoly, très peu pour nous, il y a aussi d’autres priorités que le seul phantasme de terminer la ville nouvelle de Marne la Vallée, version noiséenne. Depuis le temps que préemption et acquisitions foncières sont les maitres mots de la politique municipale, à coup de 10 à 12 millions d’euros par an depuis 10 ans ou à peu près, imaginez les quelques crèches ou autres services aux familles noiséennes qui auraient pu voir le jour ! Nous votons contre.

 

7.       Démolition de propriétés communales. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

La peur du squat… Démolissons vite dès fois que des pauvres viendraient s’installer ! Pas de bail précaire, pas de logement temporaire, passerelle par exemple… Faut casser coûte que coûte. Nous votons contre.  

8.       Acquisition amiable de la propriété cadastrée section AH n° 517 pour 503 m2 sise 111 avenue Emile Cossonneau ­Complément à la délibération du Conseil Municipal du 29 novembre 2012. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Juste la correction d’une délibération précédente. Fallait préciser les montants à la signature et à la libération du bien. Nous avions déjà voté contre.

IV AFFAIRES TECHNIQUES

9.       Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets ­Exercice 2011. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Casse croûte ces dossiers dont il faut prendre acte (donc pas de vote). Casse croûte mais nécessaire. Cela donne une idée précise du volume de nos déchets et on ne peut pas dire que la baisse soit significative et par conséquent que nos habitudes changent réellement en profondeur. Nous ne savons pas si l’Agenda 21 de M. le Maire va nous aider mais si cela était le cas, nous aurions soutenu la démarche. Dans l’état, nous ne pouvons que prendre acte du dit rapport.

10.     ­Communication du rapport annuel 2011 du S.E.D.I.F. (Syndicat des Eaux d’Ile-de-France) sur le prix et la qualité du service public de l’eau potable ­Communication des rapports annuels 2011 du S.I.A.A.P. (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) et du Département de la Seine-Saint-Denis ­Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l’assainissement. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Autres séries de casse-croûtes mais l’eau et l’assainissement, cela nous intéresse bougrement par ces temps de débat sur le retour en régie publique qui traverse le pays, la Seine Saint Denis en particulier. Et de ce point de vue, le rapport du SEDIF est instructif. De cet aspect, le conseil ne débat pas. Il prend acte. Nous aussi dans la foulée.   

11.     Attribution du marché relatif au balayage et au nettoyage des voies et caniveaux de la commune. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Un principe pour « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! », on ne vote pas les appels d’offre puisque la commission municipale ( où la majorité …est majoritaire) n’a pas eu le plaisir d’accueillir un élu de notre groupe. C’est ainsi la vie municipale dans les institutions de la V république pour les minoritaires… donc abstention.

12.     Délégation de service public pour l’exploitation d’un parc de stati­onnement : ­Approbation du choix de l’entreprise délégataire et du contrat d’aermage. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Un morceau de choix que cette délégation de service public à Vinci, grand spécialiste du parking parmi d’autres compétences. Nous, on aime pas le recours à la délégation de service public en confiant des missions municipales au privé. Non pas que nous pensions que la fonction publique territoriale peut tout faire mais simplement parce que nous voyons bien que s’installe durablement ce principe de délégation dans notre ville. La liste commence à s’allonger, de la cuisine centrale à la petite enfance, en passant par le futur centre aquatique et les parkings, parcs-mètres compris. Or cette méthode de gestion, c’est aussi une attaque en règle contre le service public qui, bien au contraire, a besoin d’être défendu et développé au plus près de ses usagers.

Par ailleurs, la ville va lâcher de la monnaie en s’occupant de la vidéosurveillance. On a bien compris l’objectif, y compris vis-à-vis des habitants du quartier du Pavé-Neuf et des entreprises du secteur mais dans l’immédiat, nous continuons de penser que l’on peut faire autrement. Nous avons donc voté contre la délégation de service public.

V EDUCATION

13.     Protocole d’usage des installations informatiques mises à la disposi­tion des écoles. Rapporteur : Madame DAROT.

Le renouvellement du parc informatique dans les écoles, voila un dossier qui ne peut entrainer que l’unanimité. Vote pour.

 

14.     Convention relative à la scolarisation d’enfants présentant des trou­bles envahissants du développement. Rapporteur : Madame DAROT.

Un beau dossier, conforme à la loi de février 2005 en faveur, notamment, de l’accès d’enfants « différents » à l’école de la République qui n’aurait jamais du cesser d’être la leur, sous réverse d’une politique volontaire et des moyens humains et matériels adéquats. Unanimité, donc là aussi.

15.     Rapport relatif aux conditions d’exécution de la délégation de ser­vice public de la restauration collective scolaire et municipale ­Exercice 2010/2011. Rapporteur : Madame DAROT.

Le rapport annuel du délégataire Avenance, Elior dorénavant. Notre seule question ? A quelle date cesse la délégation de service public ? En 2014, répond le maire. Nous prenons acte du rapport.

VI AFFAIRES SOCIALES

16.     Convention type de partenariat pour la tenue de permanences d’information et de prévention santé au sein du centre Marie Curie. Rapporteur : Madame DENIS.

Un exemple de convention type pour des partenariats associatifs au sein du centre de Santé Marie-Curie, du moins ce qu’il en reste… Car, il faudra bien dire un jour que dans cette ville, la municipalité de gauche n’aura pas fait grand-chose depuis 1995 – et ce n’est pas la maison Coluche qui change l’affaire – sur les questions de santé. Très bien, réactivons l’activité. D’accord pour la convention type, on vote pour mais que l’on ne vienne pas nous dire que cela sera suffisant pour le volet « santé » de l’Agenda 21. Nous pourrions rire… jaune !

VII DECISIONS DU MAIRE

17.     Information du Conseil Municipal des décisions du maire prises en application de l’article L. 2122­22 du Code général des collectivités territoriales.

Néant

VIII QUESTIONS DIVERSES

Nous en avions une… « Monsieur le Maire, vous nous aviez annoncé, il y a quelques semaines, que les panneaux d’affichage libre allaient être remplacés. Cela a été fait mais nous constatons qu’il en manque plusieurs sur le territoire de la ville ».

Réponse avisée au moyen de son téléphone portable : « voila le décompte, il y en a 20, il en manque 5 mais comme les nouveaux panneaux sont plus grands (nous vous passons le calcul…), la ville a le nombre suffisant de panneaux par rapport à sa taille … grâce à la surface doublée des nouveaux.

Conclusion : il en manque 5 au bas mot (nous recompterons précisément !) mais il y en a assez puisque ceux qui ont été installés sont plus grands. Autrement dit, les quartiers où les panneaux d’affichage libre ont été enlevés n’auront pas d’autres panneaux. Curieuse conception de l’affichage libre et démocratique que ce décompte…

Une suggestion de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! » : avec ce raisonnement, il aurait peut-être suffit d’un ou deux très, mais vraiment très grands panneaux, de chaque côté de la mairie, pourvu qu’ils fassent la taille requise pour le nombre d’habitants de notre ville conformément à la Loi. On peut rire de l’argument imparable !

Pour « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! »

Etienne Doussain   Véronique Jacquet

Conseillers municipaux

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:08

Le label national EcoQuartier officiellement lancé

Extraits

Attendu depuis plus d'un an, le nouveau label national EcoQuartier a été lancé le 14 décembre par Cécile Duflot. Une procédure simplifiée et accélérée est annoncée pour que les premiers labels soient délivrés dès 2013.

Annoncé par le précédent gouvernement lors du Palmarès national EcoQuartier 2011 (voir ci-contre notre article du 20 novembre 2011), le label national EcoQuartier a été officiellement lancé par Cécile Duflot le 14 décembre. …………………………..

 "La transition écologique est un passage obligé pour construire la ville de demain", a lancé Cécile Duflot. "Grâce à ces bâtiments sobres, des productions locales d'énergies renouvelables et un effort de recyclage, ces quartiers limitent leur empreinte carbone et font fructifier (...) une écologie urbaine bénéfique à la biodiversité", a-t-elle poursuivi. …………… elle a jugé que "l'écoquartier va dans le bon sens, celui d'une économie sobre, verte, innovante et inclusive". "C'est par la mutation de notre habitat, au sens large, c'est-à-dire de notre environnement, de notre cadre de vie, du logement jusqu'au territoire, que nous pourrons transformer notre mode de développement", a insisté Cécile Duflot. Le label EcoQuartier "permet de penser différemment la construction de la ville" et il ne s'agit "pas seulement de répondre aux grands enjeux de transition énergétique ou de préservation de la biodiversité, mais aussi d'apporter la qualité de vie en ville, avec la présence d'espaces de la nature à proximité des espaces publics, les circulations douces pour une ville agréable à vivre", a-t-elle plaidé. Engagée en 2008 dans la foulée du Grenelle de l'environnement,  la démarche ÉcoQuartier  promeut des projets"exemplaires" d'aménagement durable. Investies dans les deux appels à projets de 2009 (160 dossiers) et 2011 (394 dossiers), …….. "Aujourd'hui, les écoquartiers représentent 186 projets en phase opérationnelle, pour plus de 133.000 logements, a détaillé la ministre le 14 décembre. Ce sont souvent des projets importants pour les communes qui les portent, et ils participeront donc largement à l'effort de construction que je souhaite engager dans notre pays."

Pour Cécile Duflot, le nouveau label "doit achever la phase d'expérimentation et conduire à multiplier ces démarches sur l'ensemble du territoire". Labellisés, les EcoQuartiers seront "incontestables dans leurs intentions comme dans leurs usages", a-t-elle fait valoir. La ministre souhaite que ce label "pousse les collectivités à s'engager dans le développement des énergies renouvelables ou encore à la limitation des projets en termes d'extension urbaine". A ses yeux, le label sera "un gage d'exemplarité de la démarche pour éviter l'accusation de greenwashing, ce côté vitrine qui a parfois fait du tort aux véritables opérations intégrées et réussies. Ce sera aussi une garantie de qualité." La labellisation permettra également, selon elle, de "consacrer la réinvention des relations entre l'Etat, les collectivités, les acteurs professionnels et les associations qui est maintenant bien engagée". "Je veux par ailleurs que la démarche d'attribution de la labellisation soit claire et transparente", a insisté la ministre. La démarche "ne repose pas sur une norme, mais apporte des garanties de qualité sur un socle d'exigences fondamentales, à différents stades d'avancement" et a été conçue "de manière à ce qu'aucune collectivité ou aucun projet n'en soit exclu a priori", a-t-elle ajouté.
La labellisation se fera en trois étapes. La première consiste à encourager les collectivités à lancer des opérations d'écoquartiers à travers la signature d'une charte (téléchargeable sur www.territoires.gouv.fr ) qui formalise 20 engagements "vers la ville durable", ……………..

La deuxième étape vise à "pérenniser la démarche". …………………a insisté Cécile Duflot. Troisième et dernière étape, la labellisation nationale en tant que telle, "vient garantir que les réponses apportées aux 20 engagements……………………………………..

Ainsi, pour Cécile Duflot, "la labellisation valide une démarche politique. Ce qu'on labellise, c'est un chemin, un processus construit et structuré, l'assurance que les bonnes questions sont posées aux bons moments". La ministre souhaite que les premiers labels soient accordés "dès 2013".………………………………….. "Dans le même temps, la préfiguration d'une structure dédiée sera lancée, chargée d'animer le réseau mais également de valoriser les savoir-faire français en matière de ville durable à l'international. À terme, cette structure a vocation à prendre la forme, pourquoi pas, d'un institut de la ville durable", a-t-elle conclu.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:10

Logo.JPGIl est rare que nous le fassions mais une fois n'est pas coutume, donc nous mettons en ligne le compte rendu du dernier conseil municipal.

Il suffit de cliquer sur le lien Compte rendu du conseil-municipal 29-11-2012 Compte rendu du conseil-municipal 29-11-2012

 

Par contre, parmi les importants sujets débattus, on vous proposera de comparer le résumé "exhaustif" de nos interventions dans le dit compte rendu. La page 19 du compte rendu du secrétaire de séance, un éminent adjoint au maire, brille de son omission délibérée...

Nous avons fait trois interventions significatives. Ce sont les suivantes :

La première concerne la délibération de la page n°6 :

Conseil municipal Noisy le Grand

jeudi 29 novembre 2012

 EMPRUNT SOCAREN

Monsieur le Député-maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Même si nous ne sommes pas d’accord sur l’ampleur de l’opération, il faudra bien, un jour, que la Socaren lève un emprunt pour l’aménagement du clos d’Ambert, le tout avec la garantie de la ville puisque au bout du compte il s’agit de la même maison.

La question, c’est quand et notre refus de ce soir ne se situe pas sur ce point. Il se situe dorénavant sur la faisabilité conjoncturelle de l’opération compte tenu des fortes incertitudes qui pèsent sur le marché de l’immobilier.

Vous nous direz que l’aménagement du Clos d’Ambert prévoit la réalisation de logements sociaux. Certes, sous réserve que le budget de l'Etat fournisse les moyens d’abonder le logement social dont la population a besoin. Or vous conviendrez que l’encadrement budgétaire, la règle d’or en particulier, n’apporte aucune bonne nouvelle à ce propos, et ce pour les deux ans à venir au moins.

Plus encore, dans la mesure où cette opération repose aussi sur de l’ordre de 70% d’accession à la propriété, y compris pour partie sociale, on peut légitimement être inquiet par le climat de récession dans lequel le pays semble plonger.

Aussi, Monsieur le Maire, lorsqu’on lit l’article suivant dans la presse en date du 28 novembre, la prudence pourrait s’imposer.

Je cite : « Les ventes ont plongé de 25% au 3ème trimestre. Mais les prix ne baissent pas… Et encore une promesse qui s’éloigne ! Depuis les chiffres rendus publics hier par les services de Cécile Duflot, le doute n’est plus permis : l’objectif fixé par François Hollande de construire 500  000 logements chaque année ne pourra être tenu. Et ce, pour 2012 bien sûr, comme pour 2013. Encore plus déprimé que les mois précédents, le marché du logement neuf a vu ses ventes chuter de 25% au troisième trimestre. Ce sont les plus mauvais scores « depuis 2008, année de la crise des subprimes », souligne l’économiste Michel Muillart, interrogé par l’AFP. Pire encore pour l’avenir, les permis de construire ont, eux aussi, plongé en octobre (- 28% !). Et pourtant, malgré cette atonie du secteur, les prix, eux, ne baissent pas. La facture moyenne, au m², pour les logements collectifs progresse même de 0,9% au troisième trimestre ! Le patron des promoteurs immobiliers, François Payelle, semblait s’y résoudre il y a peu : l’année 2012 sera la plus mauvaise depuis dix-sept ans en termes de ventes. Et 2013 ne sera pas meilleure, craignait-il. »

 Alors, surtout en tenant compte des capacités d’endettement de plus en plus difficile des ménages, vous comprendrez, Monsieur le Maire, qu’il est légitime de s’interroger aujourd’hui sur l’opportunité d’endetter la SOCAREN, donc la ville, et de faire peser sur les noiséens, à la fois le poids de la dette existante car nous nous souvenons que la SOCAREN a déjà bénéficié d’apports conséquents, et à la fois le poids de ce nouvel emprunt.

Peut-être, faut-il revoir prudemment les ambitions communales à l’aune des jours meilleurs ?

Nous sommes d’accord pour en débattre.

Merci de votre écoute.

Réponse : voir l'éditorial du maire dans le dernier Noisy Magazine qui reprend l'idée défendue lors du conseil municipal.

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !" : la ville est riche et a les moyens d'attendre que la crise cesse. D'ailleurs, on s'en est pris encore pour 3 millions d'euros de préemptions et acquisitions amiables le même soir. Le problème, c'est que la pression fiscale augmente, que le prix des services aux Noiséens grimpent tranquillement mais sûrement et que les services publics municipaux sont délégués... au Privé.

 

La seconde intervention concerne les délibérations n°21 et 22 à partir de la page 10 :

jeudi 29 novembre 2012

 OPERATION DEMOLITION-RECONSTRUCTION AFTAM

 Monsieur le Député-maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Tout d’abord, compte tenu de la vétusté des installations existantes et des conditions de vie exécrable que de nombreux travailleurs migrants ont connu jusqu’à maintenant, nous n’avons pas a priori d’opposition à cette opération de démolition-reconstruction.

Restent toutefois quelques questions et non des moindres…

La première : Où seront, où sont relogés les habitants des 75 logements ?

Puisque qu’entre l’existant et le projeté sur les deux sites différents, nous sommes bien obligés de constater que 75 logements auront disparu, ce qui est la marque regrettable de plusieurs opérations ANRU dans le pays.

La seconde : vous évoquez le programme d’action de l’ANRU prévu par la convention signée par la ville et l'Etat, la date butoir du 31 décembre 2013. Or, selon nos informations, malgré les efforts modestes mais réels du gouvernement Ayrault sur le logement qu’a pu défendre Mme Duflot lors de la discussion du budget 2013, il n’est pas certain que toutes les opérations ANRU pourront être abondées dans des conditions satisfaisantes. Vous le savez en votre qualité de député, Monsieur le Maire, le financement de l’ANRU n’avait pas été totalement assuré par le gouvernement précédent et il n’est pas prouvé, règle d’or oblige, que le budget 2013 desserre l’étau.

D’où notre question : Avez-vous des certitudes sur le financement de l’opération noiséenne ?

Troisième question : il a été constaté dans de nombreuses opérations d’opération-démolition menées dans le cadre de l’ANRU, que le coût final du logement neuf produit entraînait un loyer plus élevé.

Or, nous savons, les derniers chiffres publiés, que l’impact du chômage frappe durement les travailleurs d’origine étrangère en raison de faible qualification, difficulté particulièrement sensible en période de crise.

C’est aussi vrai pour nombre de nos concitoyens dans la même situation.

Cela étant dit, dans tous les cas, cela implique des revenus plus incertains. Avez-vous une information sur la différence de loyer probable entre l’AFTAM aujourd’hui et celui qui sera pratiqué dans les deux nouvelles unités de cette résidence sociale ?

Par ailleurs, nous avons bien compris que la société RSF – groupe 3 F était l’opérateur de la démolition-reconstruction. Pour autant, est-ce l’AFTAM qui restera gestionnaire de deux unités à venir ou bien cette question n’est-elle pas encore tranchée ? 

Enfin, question annexe liée à la proximité de l’ex école Louis Lumière : Quel est l’usage actuel ou futur des locaux devenus disponibles de cette école ?

Merci de vos réponses

Réponse: le gouvernement Ayrault respectera les engagements de l'ANRU.

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !": le problème, c'est que la règle d'or votée par la majorité de l'assemblée nationale dont Michel Pajon est membre, ne permet pas de garantir cette vérité. De nombreux exemples en témoignent déjà, le Grand Paris en particulier pour 2013 et dont un rapport remis à Mme Duflot recommande le report ou la diminution. Nous serons donc attentifs à l'évolution du dossier.

 

La troisième intervention à propos du Plan Local de l'Habitat vous n'en trouverez aucune trace dans le compte rendu en page n°19, intervention écoutée pourtant dans un grand silence. Seul le refus du Modem d'une aire de stationnement pour les gens du voyage à Noisy le Grand est reporté. Par contre, nous, nous avons bien entendu à ce sujet que le maire maintenait l'idée qu''il fallait compter les familles sédentaires (?) des gens du voyage dans l'obligation faite aux communes de réaliser une aire afin d'en diminuer l'importance. Étonnant ce mode de calcul ! Si vous êtes sédentaires, propriétaires à Noisy le Grand, mais proches de familles de gens du voyage, vous devez être compter comme ces mêmes familles... Décidément l'arithmétique a des secrets curieux dans notre ville.

Conseil municipal Noisy le Grand

jeudi 29 novembre 2012

Monsieur le Député-Maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Vous comprendrez qu’au moment où notre conseil doit délibérer, ce dont nous nous félicitons, à propos de la réalisation de l’aire pour les gens du voyage sur injonction du Préfet, nous souhaitions aborder la pénible situation de familles d’Europe de l’Est qui vivent, peut-on le dire ainsi, sur le territoire de Noisy le Grand ou celui des communes voisines.

Amnesty international a rendu aujourd'hui un rapport qui épingle la France pour non respect du droit international à l’encontre de la population Rom, qui ne sont pas des gens du voyage, malgré les idées reçues. Et ce rapport cite malheureusement notre ville. Toute personne humaine a droit au respect de sa dignité et au respect de ses droits fondamentaux puisqu'ils existent bel et bien dans ce pays qui s’en honore par ailleurs, en particulier la scolarisation de tout enfant présent sur le territoire. On nous dit que c'est au nom d’un certain respect, du droit à la sécurité que les habitants de nos villes rejettent cette population mais faut-il pour autant traiter les familles Roms de façon violente et inhumaine comme elles le sont depuis ces dernières semaines ?

Je vous demande de considérer mon intervention comme celle d’un élu, d’un citoyen qui en appelle à la modération, au dialogue pour répondre aux inquiétudes de toute part et pour essayer d’unir les efforts de l'Etat, des collectivités locales, des associations, des citoyens pour sortir d’une impasse qui pourrait amener des situations incontrôlées dont nous serions tous comptables. Je sais que plusieurs parmi vous auraient pu faire la même intervention que moi.

Oui, les bidonvilles et la concentration de familles qu’ils génèrent sont invivables et créent des nuisances mais ils sont créés par les expulsions répétées de petits campements où ces familles vivent souvent sans problèmes majeurs. On impute aux seules familles Roms la responsabilité de nuisances alors que c'est d’abord la situation qui leur est imposée qui engendre ces nuisances, la première étant la peur réciproque.

Les expulsions de campements de Noisy dont les habitants se sont regroupés à Champs sur Marne, ont des conséquences dramatiques car les conditions de vie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants sont encore plus invivables et encore moins tolérés par le voisinage. Jusqu’où va-t-on aller dans l’escalade de ce rejet, et on l’a vu, de la haine envers cette population ? Savons-nous que chaque expulsion détruit le peu de biens essentiels de ces familles qu’elles peinent à reconstituer, que chaque expulsion attise le racisme et la haine parce que ce genre de politique est le contraire d’une éducation au respect et de la recherche de solutions où tout le monde sortirait gagnant.

Une directive du gouvernement  de Jean Marc Ayrault promulguée l’été dernier pour sortir par le haut de ces situations n’est pas respectée alors qu’elle permettrait, y compris lors d’expulsions, de préparer, d’anticiper des solutions qui existent et que des associations, des citoyens sont prêts à soutenir. Aussi, nous vous demandons M. le Député-maire, Mesdames Messieurs les conseillers municipaux de proposer une instance de dialogue sans à priori pour voir quelles initiatives, même limitées, notre commune avec les communes voisines et avec les associations pourrait proposer avec, bien évidemment, le concours des services de l'Etat, les préfets de Seine Saint Denis et de Seine et Marne en particulier, mais aussi celui des conseils généraux de ces deux départements.

Nous ne pouvons rester témoins impuissants d’une telle situation indigne et il nous appartient d’agir d’urgence avant que la montée de l’intolérance devienne insupportable et que la violence puisse se banaliser à l’égard de l’autre.

Aujourd’hui, les familles Rom, demain qui ? Nous avons une responsabilité commune qu’il nous faut assumer.

Je vous remercie de votre attention.

Réponse : aucune sur le moment; aucun désaccord éventuel exprimé par un membre du conseil municipal présent. Juste un mot du maire après le vote de la délibération, donc le débat clos, indiquant, c'est du moins ce que nous avons cru comprendre, "qu'il y avait 24 millions de Roms dans le monde prêts à venir partout où cela serait mieux pour eux et qu'il fallait que l'Etat et l'Europe fassent le nécessaire avec les pays d'origine...".

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !" : nous n'en avons pas ...chacun(e) en tirera les conclusions qui lui paraissent appropriées.

Par contre, la censure de notre intervention est préoccupante. Comment peut-on témoigner de compassion dans un encart en page 2 du n°188 de Noisy Magazine à propos de l'accident mortel dont a été victime un jeune Rom à l'entrée de Noisy le Grand, un second a été gravement blessé, et dans le même temps, ne pas vouloir rendre compte aux noiséens d'une intervention lors du conseil municipal au sujet de la situation des familles Roms ?

Ce serait donc ainsi à Noisy le Grand ?

 

Etienne Doussain

Véronique Jacquet

Conseillers municipaux "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !"

 

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 17:21

Notre-Dame-des-Landes, un creuset pour les mouvements citoyens"

LE MONDE | • Par Susan George, présidente d'honneur d'Attac et Aurélie Trouvé, coprésidente d'Attac

La lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est une lutte pour l'avenir. Elle s'oppose à un projet d'aéroport pharaonique, conçu dans les années 1960, inutile sur le plan économique et financièrement coûteux pour l'Etat et les collectivités territoriales, alors que le déficit budgétaire est utilisé pour justifier l'austérité sociale et retarder la transition écologique.

Les dizaines de milliers de manifestants du 17 novembre dernier, accompagnés de centaines de tracteurs, s'opposent au saccage de 2000 hectares de terres agricoles et de bocages, à l'expulsion des paysans et de tous ceux qui occupent ces terres et les maisons abandonnées.

Cette résistance exprime le refus d'une dérive face au changement climatique et à la destruction de la biodiversité. Elle rejette un modèle prédateur imposé au nom du "développement". Cette lutte, pleinement d'aujourd'hui, en rappelle pourtant une autre, menée il y a quarante ans au Larzac.

Dans les deux cas, on retrouve la défense des terres et des paysans, l'occupation du site et la transformation des combats citoyens en laboratoires d'expérimentation sociale et de solidarités concrètes. Aujourd'hui comme hier, les opposants pratiquent toutes les variétés de résistance, toujours non-violente.

L'Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa) a ainsi démonté point par point les arguments avancés par les gouvernements successifs et souligné les carences, voire les mensonges des expertises officielles.

La créativité populaire a engendré des centaines de réunions d'information des populations, des recours juridiques, la désobéissance civile, des grèves de la faim, la montée de tracteurs vers Paris, des occupations de terres, des convergences avec d'autres luttes européennes contre divers grands projets inutiles et coûteux. La ZAD, zone d'aménagement différé, a été rebaptisée zone à défendre et investie par de nombreuses personnes qui y vivent. C'est cette zone qui fait actuellement l'objet d'expulsions d'habitants et de destruction de cultures.

Dans le sillage des paysans et des habitants de la région, comme au Larzac, des milliers d'autres citoyens se sont joints aux luttes parce qu'ils ont compris que les revendications portées sur ces terres agricoles et ce bocage allaient bien au-delà de la seule défense d'un territoire.

De même que le Larzac est devenu un symbole du refus du militarisme, Notre-Dame-des-Landes traduit le rejet de l'exploitation toujours plus féroce des êtres humains et de la nature au nom de la rentabilité des capitaux.

La résistance contre le géant de la construction Vinci, choisi pour bétonner ces milliers d'hectares, devient aussi le symbole du refus du règne des entreprises multinationales et de l'industrie financière, aidées par l'Etat à s'enrichir grâce à la dépossession d'autrui.

Notre-Dame-des-Landes devient un creuset des mouvements paysans, écologistes, altermondialistes et citoyens contre cette expropriation violente et la marchandisation du monde au nom du progrès. C'est pour cela aussi qu'Attac y est présente.

L'immense manifestation du 17 novembre, pacifique et déterminée, mêlant toutes les générations et les traditions de lutte, semble bien nous dire que les citoyens réapprennent à dire non, à résister, à se dire qu'ensemble ils pourraient gagner contre le mensonge politique et l'acharnement administratif. Ils recommencent à croire qu'il n'y a pas de fatalité et que l'on peut réussir à écarter ce projet absurde et délétère.

Plus le gouvernement se raidit, plus les interventions des forces de l'ordre se multiplient (estimées à plus d'un million d'euros depuis octobre), et plus le mouvement s'amplifie et s'unit.

Dans quinze jours, la centaine de comités de soutien qui se sont constitués en France se retrouveront pour construire la suite. Comme pour le Larzac, des centaines de milliers de personnes sont attendues à un grand rassemblement sur place cet été.

En ce moment même à Doha, les négociations onusiennes sur le climat s'enlisent et risquent une fois encore de n'aboutir à aucun accord contraignant sur les gaz à effet de serre, condamnant la planète à une augmentation importante de sa température et à des conséquences désastreuses pour l'ensemble des populations.

Le président de la République, François Hollande, souhaite une France "exemplaire en matière de transition écologique" et accueillir la conférence de l'ONU sur le climat de 2015. Cette exemplarité est incompatible avec l'expansion du trafic aérien et le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

En arrivant au pouvoir en 1981, François Mitterrand a mis fin au projet d'extension de la zone militaire du Larzac. En luttant par la force pour un "grand projet inutile et imposé" et pour la victoire de Vinci, ce gouvernement se trompe de combat et d'alliances et aiguise la colère et la détermination de ceux qui pourraient le soutenir.

François Hollande s'honorerait, et le Parti socialiste avec lui, en mettant fin au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, fût-il depuis de longues années le projet phare de son premier ministre.

Susan George, présidente d'honneur d'Attac et Aurélie Trouvé, coprésidente d'Attac

Ce texte est également cosigné par Geneviève Azam, du conseil scientifique d'Attac, et Geneviève Coiffard-Grosdoy, militante d'Attac et de l'Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport à Notre-Dame- des-Landes (Acipa).

Débat. Notre-Dame-des-Landes, fracture français

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 16:16

 

Sujet: Pour tenir à la pression nous avons besoin d'un soutien populaire

Date: Fri, 7 Dec 2012 19:13:42 +0100 (CET)

De: Edouard Martin <sauvonsflorange@gmail.com>

Répondre à: sauvonsflorange@gmail.com

 

Chers amis, 

 

Nous sommes aujourd'hui plus de 15.000 personnes à avoir signé la pétition http://sauvonsflorange.wesign.it/fr que nous avons lancée le 29 novembre 2012. 

 

Nous vous remercions pour ce soutien et pour les nombreux mails et messages d'encouragements que vous nous avez adressés.

 

Comme vous l’avez tous compris, nous exigeons du gouvernement et de Mittal les garanties du respect de l'accord actuel.

 

Nous souhaitons avoir des garanties quant à l'échéancier sur un investissement réel d'un niveau suffisant pour garantir la pérennité de l'activité́ et de l'emploi sur le site.

 

Tant que nous ne serons pas satisfaits des garanties proposées, nous continuerons à mettre la pression sur le gouvernement et sur Mittal.

 

Nous maintenons donc notre pétition lancée par et pour les salariés de Florange pour qu'en cas de non respect de l'accord, la nationalisation revienne sur la table et redevienne possible.

 

Nous vous demandons donc de continuer à signer et à faire signer cette pétition 

 

 http://sauvonsflorange.wesign.it/fr .

 

C'est un formidable moyen de pression populaire et si chacun de nous l'envoie à 5 personnes de son entourage, nous aurons une formidable arme dans les négociations à venir.

 

Edouard MARTIN, CFDT ARCELOR MITTAL Florange

Serge BANQUART, ARCELOR MITTAL Florange

Ali Yahiaoui Djaffar, ARCELOR MITTAL Florange

Marc MICHEL, ARCELOR MITTAL Florange

Cela Gregory, ARCELOR MITTAL Florange

Nicotra Maurizio, ARCELOR MITTAL Florange

Baron Jérôme, ARCELOR MITTAL Florange

Thach Vet Thierry, ARCELOR MITTAL Florange

Jolliot Jérémie, ARCELOR MITTAL Florange

Defreitas Luis, ARCELOR MITTAL Florange

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 13:53

121205-Communique-menace-expulsion-Rroms-a-Champs-sur-Mar.jpg

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 14:00

Notre-Dame-des-Landes : des militants PS demandent l'ouverture d'un débat

 


 

Une lettre signée par plusieurs dizaines de militants socialistes d'Ille-et-Vilaine devrait atterrir, dans les prochains jours, sur le bureau de la direction du PS départemental. Les initiateurs du courrier demandent l'ouverture au sein de la fédération d'un "débat" concernant le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

 

 

 

 

 

Sent: Friday, November 30, 2012 1:29 PM

Subject: lettre publique des adhérents PS paysans du 44

 

La semaine dernière des militant-e-s du Parti Socialiste d’Ille et Vilaine demandaient à leur premier secrétaire d’ouvrir le débat sur Notre Dame des Landes. En début de semaine, la chambre d’agriculture d’Ile de France, tenue par la FNSEA, se déclarait opposée au projet.Aujourd’hui, en Loire-Atlantique, c’est au tour des paysans membres du Parti Socialiste d’exprimer leur opposition au projet d’aéroport et de publier un courrier où ils interpellent leurs élus. Parmi les signataires figurent Jacques Carroger, le secrétaire fédéral à l’agriculture, et Michel Loquet, l’ancien président de la chambre d’agriculture.

Voici le texte adressé aux présidents de la région des Pays de la Loire, du conseil général de Loire-Atlantique, de la communauté urbaine de Nantes, et au maire de Nantes.

« Messieurs les présidents, Monsieur le maire,

Si l’entêtement suffisait à justifier un projet, Notre-Dame-des -andes serait réalisé depuis longtemps. La réaction de Jacques Auxiette à la lettre ouverte de Patrick Varin est un concentré de ce qui exaspère à juste titre les militants de gauche opposés à l’aéroport de NDDL… Certains partisans de l’aéroport, de leur côté, supportent mal cette façon de réagir. On retrouverait d’ailleurs les mêmes arguments en réaction à l’interview de Stéphane Hessel, dont la contribution pour le congrès PS a fait un score inattendu en Loire Atlantique.

Il n’y a jamais eu de véritable dialogue possible, ni au sein du PS 44, ni avec les grands décideurs que sont le président de Nantes Metropole, le président de la Région, ou du département, avec la seule exception de M. Mareschal, qui a toujours reçu les opposants. L’étude indépendante, certes très concise, faite par un cabinet d’audience internationale (DELFT) n’a jamais été étudiée par vous, messieurs, sous prétexte qu’elle était financée sur leurs deniers personnels par des élus opposés au projet… Comme si les études ayant conduit à la déclaration d’utilité publique n’avaient pas été financées par des fonds publics débloqués par des partisans du projet… Comme s’il n’était pas bien plus suspect que le Préfet Hagelsteen, chargé de préparer l’appel public à la concurrence auprès des firmes intéressées par le Partenariat Public Privé à NDDL en 2008, ait pu depuis rejoindre le groupe Vinci (…)

Fasse que les excès et les tromperies diffusées par certains de nos grands élus ne sapent pas ce qui reste de confiance des citoyens pour le « personnel politique ».

Car enfin où sont les spécialistes de la guérilla urbaine installés à NDDL ? Ce sont sans doute les jeunes « indignés », révoltés, comme on voudra, qui ont depuis 2 ou 3 ans créé des exploitations maraîchères sur des terres en friche, mis en place un réseau de produits et services locaux, boulangerie collective, bibliothèque, produits de première nécessité… Tout cela ravagé par nos forces de l’ordre, lieux de vie détruits, légumes empoisonnés aux gaz de toute sorte, etc.

Comment ne pas comprendre que cet étalage de forces policières sans grande efficacité produit l’inverse de l’effet recherché : retourner l’opinion de la population locale, exaspérée par les entraves à la circulation (barrages policiers, contrôles de papiers etc..) outrée de voir des maisons habitables détruites ou murées en cette période où les sans-abri sont partout… La solidarité sur le terrain n’a fait que se renforcer… entre les paysans locaux, ceux qui ont accepté de « signer » comme ceux qui résistent jusqu’au bout, avec les jeunes présents pour certains depuis 3 ans dans des lieux de vie qui ne doivent qu’à eux-mêmes, avec une grande partie de la population et de leurs élus.

Comment peut-on affirmer que tous les recours sont épuisés, alors que deux ne sont pas encore jugés- à moins que le résultat ne soit déjà un secret de polichinelle, et que d’autres sont à venir, puisque des élus tout aussi responsables que vous, n’accepteront pas le passage en force après les conclusions de l’enquête loi sur l’eau ?

Comment peut-on affirmer que les travaux sont engagés, alors qu’il n’y a pas eu de demande d’autorisation de démarrer des travaux, ni pour démolir, ni pour défricher, mais seulement pour les sondages archéologiques préalables ? Comment pouvez-vous ignorer les conclusions de la commission d’enquête qui recommande de ne rien enclencher d’irréversible avant qu’une commission scientifique indépendante ait validé la méthode de compensation environnementale proposée par les porteurs de projet ?

A quoi cela sert – il de relever le score d’Eva Joly à NDDL, en occultant le score beaucoup plus important du Front de Gauche, plutôt que de mettre en évidence que les opposants à l’aéroport dans leur grande majorité, ont contribué à l’élection de François Hollande, qu’ils ont fait preuve pour certains d’une grande maturité politique en jugeant que la priorité était de remettre la gauche au pouvoir…

Fasse que votre politique de l’entêtement, du fait accompli, et votre volonté de faire croire à l’irréversible n’amènent pas tous ces militants, tous ces jeunes, à désespérer du socialisme… Nous préférons ce combat-là, à la récupération du désenchantement par les sirènes d’extrême droite, qui même dans nos terres de l’ouest, trouvent des oreilles attentives…

Nous militants socialistes, fiers de nos victoires récentes, mais attentifs et fermes sur nos positions, ne resterons pas que des fantassins bons pour gagner les batailles…

Une discussion est toujours possible. Comme le dit notre camarade Stéphane Hessel, il faut se demander « s’il n’y a pas une solution qui ne mettrait pas en conflit des gens auxquels on doit l’amitié et le respect… Ceux qui protestent, ceux qui n’en veulent pas, ce sont de bons citoyens français, ce ne sont pas des malotrus, des voyous, au contraire ce sont des gens qui ont bien réfléchi… »

Depuis la rédaction de cette lettre, il y a débat entre nous pour savoir s’il faut la rendre publique… Depuis, aussi, il y a eu cette manifestation de 30 000 personnes venues s’opposer à ce projet et dire leur détermination à ne pas céder… Certains d’entre nous y étaient, anonymes parmi la foule… Et encore une fois, la réponse des responsables de notre parti est une fin de non-recevoir, une reprise des vieux arguments…

Nous vous en conjurons, arrêtez de vouloir créer l’irréversible.

Acceptez, dans un premier temps entre socialistes, ensuite avec la coordination des opposants, de renouer un véritable dialogue, dans le respect de l’accord de mai 2012, dans le respect des réserves de la commission d’enquête « loi sur l’eau », dans le droit fil du travail difficile mais essentiel qu’Alain Gralepois a accepté d’initier, pour que la coupure entre la gauche paysanne, les militants progressistes engagés dans la lutte et notre parti ne soit pas définitive… »

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 14:34

"Noisy Solidaire, à gauche vraiment !" n'a vraiment rien à ajouter ...

Si quand même... Le problème n'est pas que EELV soit à la pointe de cet engagement, ainsi que se termine cette déclaration, mais que cet engagement soit partagé le plus largement à gauche et avec les républicains pour qui les mots "liberté, égalité, fraternité" ont du sens.

Vivement Pantin à Noisy le Grand ou Champs Sur Marne...

 

EELV-Pantin-situation-Roms-Nov-12-1_Page_1.jpg

EELV-Pantin-situation-Roms-Nov-12-1_Page_2.jpg

Partager cet article
Repost0