Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ?

Le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" se veut être, à la fois, un espace de contribution au débat politique dans la ville, le canton, la circonscription et, à la fois, la marque de l'expression autonome de ce regroupement unitaire.
Seront mis en ligne nos comptes rendus du Conseil Municipal, des articles et les prises de position des organisations et des citoyen-nes qui participent à l'activité de NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT (Collectif Unitaire pour une Gauche Alternative - membre d'Ensemble -, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, militants de la France Insoumise).
Pourront être mis en ligne toutes contributions utiles au débat démocratique et à l'action politique dans notre ville, sous la responsabilité de leurs auteurs, bien entendu, et sous réserve du respect évident des Personnes.
Les propos diffamatoires, ceux mettant en cause la vie privé de chacun(e) ou les insultes ne sont pas recevables.
C'est avec un réel plaisir que seront relayées toutes les informations utiles à la ville, le canton ou la circonscription, utiles à la démocratie participative et utiles pour la construction d'une alternative politique qui change concrètement la vie ! 

Bon Blog
Pour "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !"

Etienne Doussain 

 

Recherche

Gardez le contact !

C'est avec un grand plaisir que nous vous accueillons sur le blog "On a le droit de voir rouge", le blog de "NOISY SOLIDAIRE - A GAUCHE VRAIMENT !" Si notre information vous convient, n'hésitez pas, afin d'être prévenu régulièrement de la parution de nouveaux articles :

à vous abonner

et à recommander ce lien à vos ami(e)s.

N'hésitez pas, enfin, à nous transmettre vos informations confirmées relatives à la vie démocratique de notre ville, celle de notre canton ... et plus largement si vous le souhaitez, pourvu que cet espace participe d'une politique alternative de gauche où chacun prend sa place, militants politiques, membres de partis ou non, syndicalistes, militants associatifs, citoyens !

Articles RÉCents

  • Bonnes fêtes quand même, à toutes et tous ...
    CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 16 DÉCEMBRE 2021 Décor extérieur puis intérieur : Dès 18 h 30, sur le parvis de l’hôtel de ville, une centaine de personnes avec pancartes et une petite sono se rassemble et proteste contre le pass sanitaire, et pour plusieurs...
  • Faire cesser l'insupportable...
    COMMUNIQUÉ Nous venons de prendre connaissance de la lettre anonyme que Patrice Anato, député de notre circonscription, a reçu à l’Assemblée nationale. Cette lettre contient des insultes racistes et des menaces de mort. Nous sommes indignés et révoltés...
  • Mieux que les images, de la bonne lecture ...
    Conseil municipal du jeudi 18 novembre 2021 En guise d'introduction , on remerciera Mme le Maire de nous avoir informé qu'elle était malade, depuis au moins deux jours, suite à l'injection de la 3ème dose du vaccin ARN messager qu'elle avait reçue probablement....
  • La rage et l'humanité ...
    Billet de blog 25 nov. 2021 À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires...
  • Chasse aux sorcières noiséennes ...
    Il a fait son boulot, il est sanctionné ! Décidément, il ne fait pas bon avoir le souci de la qualité du travail et du Service Public à Noisy-le-Grand ! Malgré de nombreuses alertes, une lettre ouverte à Madame le Maire le 21 septembre, une manifestation...

Contact "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"

onaledroitdevoirrouge@orange.fr

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 19:56

Logo.JPG

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2012

I ADMINISTRATION GENERALE

1.       Approbation du compte rendu de la réunion du Conseil Municipal du 29 novembre 2012.

Compte tenu de notre article précédent du  Censure ???     , chacun comprendra qu’il nous fallait poser la question de la censure de notre intervention lors du conseil du 29 novembre, en espérant qu’il s’agissait d’une « omission » bien involontaire. Pauvres naïfs que nous étions ! Réponse approximative du maire, normalement garant des débats du conseil municipal : « ah oui, vous vous en êtes aperçus » et de rire. anme48ee6cb1676bed3.gifAucune réaction des autres membres du conseil municipal, à l’exception de Mme Martins lors de la délibération suivante. Nous avons voté contre le compte rendu et considérons que ce mépris du fonctionnement démocratique du conseil municipal est « minable » comme a su le dire le Premier ministre à propos de l’exil fiscal d’un de nos concitoyens dont le nom ne vaut même pas la peine d’être cité. ­

2.       Approbation du plan d’actions Agenda 21 pour la période 2013­2016. Rapporteur : Monsieur le Maire.

Etonnante que cette conviction de la majorité municipale que d'être persuadée de tout faire (bien) pour l’avenir des Noiséens… Mme Martins enfonce quelques banderilles, justes dans l’ensemble. Nous en rajoutons un peu en parlant de la consultation des habitants, les conseillers municipaux de l’opposition n’ayant pas été conviés à la réflexion préalable sur l’Agenda 21, issu du Grenelle de l’environnement, quelque peu « tarte à la crème » du gouvernement précédent. Bref la suffisance l’emporte avec la complicité locale des élus d’EELV, leur tête de file faisant une déclaration lénifiante, à notre avis du moins. La prudence est de mise. Abstention de notre part.    

II AFFAIRES FINANCIERES

3.       Autorisation spéciale d’ouverture de crédits avant le vote du bud­get primitif 2013. Rapporteur : Monsieur MIERSMAN.

Procédure normale de fin d’année. Pour fonctionner dès le début de la suivante, il faut un peu de monnaie. Donc une délibération à hauteur d’1/3 des crédits 2013, sauf erreur de notre part avec, au passage 3 millions d’euros (cela ne peut pas attendre !) pour les incontournables acquisitions foncières de M. le Maire, grand bâtisseur devant l’éternel. Et un ange d’une autre époque passe en susurrant « Noisy béton ». Ce ne sera pas notre budget, nous avons d’autres priorités. Nous votons contre.    

4.       Acomptes aux associations sur subventions au titre de l’année 2013. Rapporteur : Monsieur MIERSMAN.

Procédure tout aussi normale. Il faut que, par exemple, que l’amicale du Personnel ou le syndicat d’initiative puissent démarrer l’année sans souci. Nous votons pour.

III URBANISME

5.       Avis sur le projet de Schéma de Cohérence Territoriale arrêté par le Comité syndical du Syndicat d’Agglomération Nouvelle du Val Maubuée. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Le SCOT de Marne la Vallée, du moins du SAN. Dans ce document apparaissent bien entendu les projets noiséens mais, en l’occurrence, il s’agit d’une réflexion plus large que le seul « nombril » de notre ville, y compris en matière de transport. Curieusement, certaines propositions qui pourtant, à notre avis, pourraient avoir un lien avec l’Agenda 21, ne plaisent pas à M. le Maire et au 1er adjoint  alors même que le bureau municipal s’est réuni (en leur présence peut-on penser) pour approuver le SCOT assorti de quelques réserves. Qu’à cela ne tienne, on corrigera en séance les réserves en durcissant le ton. Devant ce cafouillage, abstention de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! ».

6.       Acquisition amiable de la propriété cadastrée section AH n° 454 pour 359 m2 et AH n° 774 pour 305 m2 sise 165­167 avenue Emile Cossonneau. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Des dossiers que nous n’aimons pas. Le Monopoly, très peu pour nous, il y a aussi d’autres priorités que le seul phantasme de terminer la ville nouvelle de Marne la Vallée, version noiséenne. Depuis le temps que préemption et acquisitions foncières sont les maitres mots de la politique municipale, à coup de 10 à 12 millions d’euros par an depuis 10 ans ou à peu près, imaginez les quelques crèches ou autres services aux familles noiséennes qui auraient pu voir le jour ! Nous votons contre.

 

7.       Démolition de propriétés communales. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

La peur du squat… Démolissons vite dès fois que des pauvres viendraient s’installer ! Pas de bail précaire, pas de logement temporaire, passerelle par exemple… Faut casser coûte que coûte. Nous votons contre.  

8.       Acquisition amiable de la propriété cadastrée section AH n° 517 pour 503 m2 sise 111 avenue Emile Cossonneau ­Complément à la délibération du Conseil Municipal du 29 novembre 2012. Rapporteur : Monsieur EPINARD.

Juste la correction d’une délibération précédente. Fallait préciser les montants à la signature et à la libération du bien. Nous avions déjà voté contre.

IV AFFAIRES TECHNIQUES

9.       Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets ­Exercice 2011. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Casse croûte ces dossiers dont il faut prendre acte (donc pas de vote). Casse croûte mais nécessaire. Cela donne une idée précise du volume de nos déchets et on ne peut pas dire que la baisse soit significative et par conséquent que nos habitudes changent réellement en profondeur. Nous ne savons pas si l’Agenda 21 de M. le Maire va nous aider mais si cela était le cas, nous aurions soutenu la démarche. Dans l’état, nous ne pouvons que prendre acte du dit rapport.

10.     ­Communication du rapport annuel 2011 du S.E.D.I.F. (Syndicat des Eaux d’Ile-de-France) sur le prix et la qualité du service public de l’eau potable ­Communication des rapports annuels 2011 du S.I.A.A.P. (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) et du Département de la Seine-Saint-Denis ­Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l’assainissement. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Autres séries de casse-croûtes mais l’eau et l’assainissement, cela nous intéresse bougrement par ces temps de débat sur le retour en régie publique qui traverse le pays, la Seine Saint Denis en particulier. Et de ce point de vue, le rapport du SEDIF est instructif. De cet aspect, le conseil ne débat pas. Il prend acte. Nous aussi dans la foulée.   

11.     Attribution du marché relatif au balayage et au nettoyage des voies et caniveaux de la commune. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Un principe pour « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! », on ne vote pas les appels d’offre puisque la commission municipale ( où la majorité …est majoritaire) n’a pas eu le plaisir d’accueillir un élu de notre groupe. C’est ainsi la vie municipale dans les institutions de la V république pour les minoritaires… donc abstention.

12.     Délégation de service public pour l’exploitation d’un parc de stati­onnement : ­Approbation du choix de l’entreprise délégataire et du contrat d’aermage. Rapporteur : Monsieur FOUCHY.

Un morceau de choix que cette délégation de service public à Vinci, grand spécialiste du parking parmi d’autres compétences. Nous, on aime pas le recours à la délégation de service public en confiant des missions municipales au privé. Non pas que nous pensions que la fonction publique territoriale peut tout faire mais simplement parce que nous voyons bien que s’installe durablement ce principe de délégation dans notre ville. La liste commence à s’allonger, de la cuisine centrale à la petite enfance, en passant par le futur centre aquatique et les parkings, parcs-mètres compris. Or cette méthode de gestion, c’est aussi une attaque en règle contre le service public qui, bien au contraire, a besoin d’être défendu et développé au plus près de ses usagers.

Par ailleurs, la ville va lâcher de la monnaie en s’occupant de la vidéosurveillance. On a bien compris l’objectif, y compris vis-à-vis des habitants du quartier du Pavé-Neuf et des entreprises du secteur mais dans l’immédiat, nous continuons de penser que l’on peut faire autrement. Nous avons donc voté contre la délégation de service public.

V EDUCATION

13.     Protocole d’usage des installations informatiques mises à la disposi­tion des écoles. Rapporteur : Madame DAROT.

Le renouvellement du parc informatique dans les écoles, voila un dossier qui ne peut entrainer que l’unanimité. Vote pour.

 

14.     Convention relative à la scolarisation d’enfants présentant des trou­bles envahissants du développement. Rapporteur : Madame DAROT.

Un beau dossier, conforme à la loi de février 2005 en faveur, notamment, de l’accès d’enfants « différents » à l’école de la République qui n’aurait jamais du cesser d’être la leur, sous réverse d’une politique volontaire et des moyens humains et matériels adéquats. Unanimité, donc là aussi.

15.     Rapport relatif aux conditions d’exécution de la délégation de ser­vice public de la restauration collective scolaire et municipale ­Exercice 2010/2011. Rapporteur : Madame DAROT.

Le rapport annuel du délégataire Avenance, Elior dorénavant. Notre seule question ? A quelle date cesse la délégation de service public ? En 2014, répond le maire. Nous prenons acte du rapport.

VI AFFAIRES SOCIALES

16.     Convention type de partenariat pour la tenue de permanences d’information et de prévention santé au sein du centre Marie Curie. Rapporteur : Madame DENIS.

Un exemple de convention type pour des partenariats associatifs au sein du centre de Santé Marie-Curie, du moins ce qu’il en reste… Car, il faudra bien dire un jour que dans cette ville, la municipalité de gauche n’aura pas fait grand-chose depuis 1995 – et ce n’est pas la maison Coluche qui change l’affaire – sur les questions de santé. Très bien, réactivons l’activité. D’accord pour la convention type, on vote pour mais que l’on ne vienne pas nous dire que cela sera suffisant pour le volet « santé » de l’Agenda 21. Nous pourrions rire… jaune !

VII DECISIONS DU MAIRE

17.     Information du Conseil Municipal des décisions du maire prises en application de l’article L. 2122­22 du Code général des collectivités territoriales.

Néant

VIII QUESTIONS DIVERSES

Nous en avions une… « Monsieur le Maire, vous nous aviez annoncé, il y a quelques semaines, que les panneaux d’affichage libre allaient être remplacés. Cela a été fait mais nous constatons qu’il en manque plusieurs sur le territoire de la ville ».

Réponse avisée au moyen de son téléphone portable : « voila le décompte, il y en a 20, il en manque 5 mais comme les nouveaux panneaux sont plus grands (nous vous passons le calcul…), la ville a le nombre suffisant de panneaux par rapport à sa taille … grâce à la surface doublée des nouveaux.

Conclusion : il en manque 5 au bas mot (nous recompterons précisément !) mais il y en a assez puisque ceux qui ont été installés sont plus grands. Autrement dit, les quartiers où les panneaux d’affichage libre ont été enlevés n’auront pas d’autres panneaux. Curieuse conception de l’affichage libre et démocratique que ce décompte…

Une suggestion de « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! » : avec ce raisonnement, il aurait peut-être suffit d’un ou deux très, mais vraiment très grands panneaux, de chaque côté de la mairie, pourvu qu’ils fassent la taille requise pour le nombre d’habitants de notre ville conformément à la Loi. On peut rire de l’argument imparable !

Pour « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! »

Etienne Doussain   Véronique Jacquet

Conseillers municipaux

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:10

Logo.JPGIl est rare que nous le fassions mais une fois n'est pas coutume, donc nous mettons en ligne le compte rendu du dernier conseil municipal.

Il suffit de cliquer sur le lien Compte rendu du conseil-municipal 29-11-2012 Compte rendu du conseil-municipal 29-11-2012

 

Par contre, parmi les importants sujets débattus, on vous proposera de comparer le résumé "exhaustif" de nos interventions dans le dit compte rendu. La page 19 du compte rendu du secrétaire de séance, un éminent adjoint au maire, brille de son omission délibérée...

Nous avons fait trois interventions significatives. Ce sont les suivantes :

La première concerne la délibération de la page n°6 :

Conseil municipal Noisy le Grand

jeudi 29 novembre 2012

 EMPRUNT SOCAREN

Monsieur le Député-maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Même si nous ne sommes pas d’accord sur l’ampleur de l’opération, il faudra bien, un jour, que la Socaren lève un emprunt pour l’aménagement du clos d’Ambert, le tout avec la garantie de la ville puisque au bout du compte il s’agit de la même maison.

La question, c’est quand et notre refus de ce soir ne se situe pas sur ce point. Il se situe dorénavant sur la faisabilité conjoncturelle de l’opération compte tenu des fortes incertitudes qui pèsent sur le marché de l’immobilier.

Vous nous direz que l’aménagement du Clos d’Ambert prévoit la réalisation de logements sociaux. Certes, sous réserve que le budget de l'Etat fournisse les moyens d’abonder le logement social dont la population a besoin. Or vous conviendrez que l’encadrement budgétaire, la règle d’or en particulier, n’apporte aucune bonne nouvelle à ce propos, et ce pour les deux ans à venir au moins.

Plus encore, dans la mesure où cette opération repose aussi sur de l’ordre de 70% d’accession à la propriété, y compris pour partie sociale, on peut légitimement être inquiet par le climat de récession dans lequel le pays semble plonger.

Aussi, Monsieur le Maire, lorsqu’on lit l’article suivant dans la presse en date du 28 novembre, la prudence pourrait s’imposer.

Je cite : « Les ventes ont plongé de 25% au 3ème trimestre. Mais les prix ne baissent pas… Et encore une promesse qui s’éloigne ! Depuis les chiffres rendus publics hier par les services de Cécile Duflot, le doute n’est plus permis : l’objectif fixé par François Hollande de construire 500  000 logements chaque année ne pourra être tenu. Et ce, pour 2012 bien sûr, comme pour 2013. Encore plus déprimé que les mois précédents, le marché du logement neuf a vu ses ventes chuter de 25% au troisième trimestre. Ce sont les plus mauvais scores « depuis 2008, année de la crise des subprimes », souligne l’économiste Michel Muillart, interrogé par l’AFP. Pire encore pour l’avenir, les permis de construire ont, eux aussi, plongé en octobre (- 28% !). Et pourtant, malgré cette atonie du secteur, les prix, eux, ne baissent pas. La facture moyenne, au m², pour les logements collectifs progresse même de 0,9% au troisième trimestre ! Le patron des promoteurs immobiliers, François Payelle, semblait s’y résoudre il y a peu : l’année 2012 sera la plus mauvaise depuis dix-sept ans en termes de ventes. Et 2013 ne sera pas meilleure, craignait-il. »

 Alors, surtout en tenant compte des capacités d’endettement de plus en plus difficile des ménages, vous comprendrez, Monsieur le Maire, qu’il est légitime de s’interroger aujourd’hui sur l’opportunité d’endetter la SOCAREN, donc la ville, et de faire peser sur les noiséens, à la fois le poids de la dette existante car nous nous souvenons que la SOCAREN a déjà bénéficié d’apports conséquents, et à la fois le poids de ce nouvel emprunt.

Peut-être, faut-il revoir prudemment les ambitions communales à l’aune des jours meilleurs ?

Nous sommes d’accord pour en débattre.

Merci de votre écoute.

Réponse : voir l'éditorial du maire dans le dernier Noisy Magazine qui reprend l'idée défendue lors du conseil municipal.

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !" : la ville est riche et a les moyens d'attendre que la crise cesse. D'ailleurs, on s'en est pris encore pour 3 millions d'euros de préemptions et acquisitions amiables le même soir. Le problème, c'est que la pression fiscale augmente, que le prix des services aux Noiséens grimpent tranquillement mais sûrement et que les services publics municipaux sont délégués... au Privé.

 

La seconde intervention concerne les délibérations n°21 et 22 à partir de la page 10 :

jeudi 29 novembre 2012

 OPERATION DEMOLITION-RECONSTRUCTION AFTAM

 Monsieur le Député-maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Tout d’abord, compte tenu de la vétusté des installations existantes et des conditions de vie exécrable que de nombreux travailleurs migrants ont connu jusqu’à maintenant, nous n’avons pas a priori d’opposition à cette opération de démolition-reconstruction.

Restent toutefois quelques questions et non des moindres…

La première : Où seront, où sont relogés les habitants des 75 logements ?

Puisque qu’entre l’existant et le projeté sur les deux sites différents, nous sommes bien obligés de constater que 75 logements auront disparu, ce qui est la marque regrettable de plusieurs opérations ANRU dans le pays.

La seconde : vous évoquez le programme d’action de l’ANRU prévu par la convention signée par la ville et l'Etat, la date butoir du 31 décembre 2013. Or, selon nos informations, malgré les efforts modestes mais réels du gouvernement Ayrault sur le logement qu’a pu défendre Mme Duflot lors de la discussion du budget 2013, il n’est pas certain que toutes les opérations ANRU pourront être abondées dans des conditions satisfaisantes. Vous le savez en votre qualité de député, Monsieur le Maire, le financement de l’ANRU n’avait pas été totalement assuré par le gouvernement précédent et il n’est pas prouvé, règle d’or oblige, que le budget 2013 desserre l’étau.

D’où notre question : Avez-vous des certitudes sur le financement de l’opération noiséenne ?

Troisième question : il a été constaté dans de nombreuses opérations d’opération-démolition menées dans le cadre de l’ANRU, que le coût final du logement neuf produit entraînait un loyer plus élevé.

Or, nous savons, les derniers chiffres publiés, que l’impact du chômage frappe durement les travailleurs d’origine étrangère en raison de faible qualification, difficulté particulièrement sensible en période de crise.

C’est aussi vrai pour nombre de nos concitoyens dans la même situation.

Cela étant dit, dans tous les cas, cela implique des revenus plus incertains. Avez-vous une information sur la différence de loyer probable entre l’AFTAM aujourd’hui et celui qui sera pratiqué dans les deux nouvelles unités de cette résidence sociale ?

Par ailleurs, nous avons bien compris que la société RSF – groupe 3 F était l’opérateur de la démolition-reconstruction. Pour autant, est-ce l’AFTAM qui restera gestionnaire de deux unités à venir ou bien cette question n’est-elle pas encore tranchée ? 

Enfin, question annexe liée à la proximité de l’ex école Louis Lumière : Quel est l’usage actuel ou futur des locaux devenus disponibles de cette école ?

Merci de vos réponses

Réponse: le gouvernement Ayrault respectera les engagements de l'ANRU.

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !": le problème, c'est que la règle d'or votée par la majorité de l'assemblée nationale dont Michel Pajon est membre, ne permet pas de garantir cette vérité. De nombreux exemples en témoignent déjà, le Grand Paris en particulier pour 2013 et dont un rapport remis à Mme Duflot recommande le report ou la diminution. Nous serons donc attentifs à l'évolution du dossier.

 

La troisième intervention à propos du Plan Local de l'Habitat vous n'en trouverez aucune trace dans le compte rendu en page n°19, intervention écoutée pourtant dans un grand silence. Seul le refus du Modem d'une aire de stationnement pour les gens du voyage à Noisy le Grand est reporté. Par contre, nous, nous avons bien entendu à ce sujet que le maire maintenait l'idée qu''il fallait compter les familles sédentaires (?) des gens du voyage dans l'obligation faite aux communes de réaliser une aire afin d'en diminuer l'importance. Étonnant ce mode de calcul ! Si vous êtes sédentaires, propriétaires à Noisy le Grand, mais proches de familles de gens du voyage, vous devez être compter comme ces mêmes familles... Décidément l'arithmétique a des secrets curieux dans notre ville.

Conseil municipal Noisy le Grand

jeudi 29 novembre 2012

Monsieur le Député-Maire

Mesdames Messieurs les conseillers municipaux

Vous comprendrez qu’au moment où notre conseil doit délibérer, ce dont nous nous félicitons, à propos de la réalisation de l’aire pour les gens du voyage sur injonction du Préfet, nous souhaitions aborder la pénible situation de familles d’Europe de l’Est qui vivent, peut-on le dire ainsi, sur le territoire de Noisy le Grand ou celui des communes voisines.

Amnesty international a rendu aujourd'hui un rapport qui épingle la France pour non respect du droit international à l’encontre de la population Rom, qui ne sont pas des gens du voyage, malgré les idées reçues. Et ce rapport cite malheureusement notre ville. Toute personne humaine a droit au respect de sa dignité et au respect de ses droits fondamentaux puisqu'ils existent bel et bien dans ce pays qui s’en honore par ailleurs, en particulier la scolarisation de tout enfant présent sur le territoire. On nous dit que c'est au nom d’un certain respect, du droit à la sécurité que les habitants de nos villes rejettent cette population mais faut-il pour autant traiter les familles Roms de façon violente et inhumaine comme elles le sont depuis ces dernières semaines ?

Je vous demande de considérer mon intervention comme celle d’un élu, d’un citoyen qui en appelle à la modération, au dialogue pour répondre aux inquiétudes de toute part et pour essayer d’unir les efforts de l'Etat, des collectivités locales, des associations, des citoyens pour sortir d’une impasse qui pourrait amener des situations incontrôlées dont nous serions tous comptables. Je sais que plusieurs parmi vous auraient pu faire la même intervention que moi.

Oui, les bidonvilles et la concentration de familles qu’ils génèrent sont invivables et créent des nuisances mais ils sont créés par les expulsions répétées de petits campements où ces familles vivent souvent sans problèmes majeurs. On impute aux seules familles Roms la responsabilité de nuisances alors que c'est d’abord la situation qui leur est imposée qui engendre ces nuisances, la première étant la peur réciproque.

Les expulsions de campements de Noisy dont les habitants se sont regroupés à Champs sur Marne, ont des conséquences dramatiques car les conditions de vie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants sont encore plus invivables et encore moins tolérés par le voisinage. Jusqu’où va-t-on aller dans l’escalade de ce rejet, et on l’a vu, de la haine envers cette population ? Savons-nous que chaque expulsion détruit le peu de biens essentiels de ces familles qu’elles peinent à reconstituer, que chaque expulsion attise le racisme et la haine parce que ce genre de politique est le contraire d’une éducation au respect et de la recherche de solutions où tout le monde sortirait gagnant.

Une directive du gouvernement  de Jean Marc Ayrault promulguée l’été dernier pour sortir par le haut de ces situations n’est pas respectée alors qu’elle permettrait, y compris lors d’expulsions, de préparer, d’anticiper des solutions qui existent et que des associations, des citoyens sont prêts à soutenir. Aussi, nous vous demandons M. le Député-maire, Mesdames Messieurs les conseillers municipaux de proposer une instance de dialogue sans à priori pour voir quelles initiatives, même limitées, notre commune avec les communes voisines et avec les associations pourrait proposer avec, bien évidemment, le concours des services de l'Etat, les préfets de Seine Saint Denis et de Seine et Marne en particulier, mais aussi celui des conseils généraux de ces deux départements.

Nous ne pouvons rester témoins impuissants d’une telle situation indigne et il nous appartient d’agir d’urgence avant que la montée de l’intolérance devienne insupportable et que la violence puisse se banaliser à l’égard de l’autre.

Aujourd’hui, les familles Rom, demain qui ? Nous avons une responsabilité commune qu’il nous faut assumer.

Je vous remercie de votre attention.

Réponse : aucune sur le moment; aucun désaccord éventuel exprimé par un membre du conseil municipal présent. Juste un mot du maire après le vote de la délibération, donc le débat clos, indiquant, c'est du moins ce que nous avons cru comprendre, "qu'il y avait 24 millions de Roms dans le monde prêts à venir partout où cela serait mieux pour eux et qu'il fallait que l'Etat et l'Europe fassent le nécessaire avec les pays d'origine...".

Traduction de "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !" : nous n'en avons pas ...chacun(e) en tirera les conclusions qui lui paraissent appropriées.

Par contre, la censure de notre intervention est préoccupante. Comment peut-on témoigner de compassion dans un encart en page 2 du n°188 de Noisy Magazine à propos de l'accident mortel dont a été victime un jeune Rom à l'entrée de Noisy le Grand, un second a été gravement blessé, et dans le même temps, ne pas vouloir rendre compte aux noiséens d'une intervention lors du conseil municipal au sujet de la situation des familles Roms ?

Ce serait donc ainsi à Noisy le Grand ?

 

Etienne Doussain

Véronique Jacquet

Conseillers municipaux "Noisy Solidaire, à Gauche vraiment !"

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 13:53

121205-Communique-menace-expulsion-Rroms-a-Champs-sur-Mar.jpg

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 21:10

Gmail---Demain-Dimanche--Marche-blanche-du-campeme-copie-2.jpg

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 17:00

Logo.JPG

Depuis de nombreux mois, des particuliers, des associations s'émeuvent des conditions de vie des familles Roms sur le territoire de Noisy le Grand. Rien sur le plan sanitaire (eau, bennes à ordures, etc...). Interpellations de la mairie, du conseil général, du député ou du préfet, rien n'y fait... Seules les actions concrètes d'une solidarité élémentaire - ONG de médecins, Rom Europe, initiatives locales individuelles ou collectives - restent les réponses à cette incroyable situation que dénonce aussi depuis des mois, excusez du peu - un commissaire européen, alors même que des fonds ... européens, eux aussi, restent disponibles, semble-t-il... Banal, direz-vous, on en parle depuis tellement longtemps maintenant, tout comme on évacue aussi depuis tellement longtemps !

Eté 2012 : plusieurs associations tentent d'aider les quelques familles qui le souhaitent à obtenir leur domiciliation auprès du Centre Communal d'Action Sociale de la ville. C'est important, en effet, de le faire pour pouvoir inscrire les enfants à l'école et des enfants.  Et il y en a dans les bidonvilles, des tout petits même, vous savez, ceux que chez nous l'on appelle des nourrissons, des bébés, des nouveaux nés... Il parait même que des mots qui veulent dire la même chose existent du côté de la Roumanie ou de la Bulgarie ...

Niet, Nada, No, Nein, peu importe la langue, la réponse est NON. Pas de domiciliation, pas d'inscription dans les écoles noiséennes ! Et ce, malgré la loi républicaine, malgré l'affirmation d'une ministre du gouvernement Ayrault, apôtre du "changement maintenant".

Pourtant, il y a quelques jours, en préfecture lors d'une réunion sur les conditions de vie des familles Roms, il semble bien que cette question ait été abordée, y compris en présence d'un représentant de la ville de Noisy le Grand.  photos-Roms-noisy_Page_1.jpg

15 octobre 2012 au petit matin par 6 degrés Celsius  - on le pressentait mais pourquoi une telle précipitation alors même qu'aucune autre solution n'a été proposée ni abordée avec les familles et les associations qui les accompagnent du mieux qu'elles le peuvent - , la police et les engins de démolition sont là.

On expulse par décision de justice, tout comme du temps de Sarkozy et de Fillon. Cherchons l'erreur ! Faut évacuer, faut partir, faut abandonner le campement de "fortune", faire le baluchon, porter en protégeant les tout petits et aller se faire voir ailleurs !

Mais quel ailleurs ? Avec quels débris de cabane ? Avec quels morceaux de toile de tente ? Dans un autre camp ? Dans une autre ville ?

A force de renvoi de commune en commune, on va finir par arriver à ouvrir un grand bidonville, un grand camp...

De sinistre et triste mémoire que l'idée même d'un grand camp ! Mais où va-t-on dans cette logique infernale qui montre du doigt, qui exclue depuis des mois 15 000 européens sur le territoire national pour 65 millions d'habitants ? 

photos-Roms-noisy_Page_2.jpgFaut dire qu'on l'a perdu, cette fichue mémoire ! Oublié le bidonville - le 116 aujourd'hui - du Père Wresinski d'Atd Quart Monde à Noisy le Grand ! Oublié le grand bidonville de Champigny avec ses centaines de familles portugaises fuyant la détresse économique, les guerres coloniales et la dictature ! Oubliés les bidonvilles de la couronne parisienne des années 60-70 pour les travailleurs émigrés qui allaient pourtant travailler à l'usine... Renault, Citroen, le BTP et bien d'autres secteurs d'activités devraient ouvrir leur archives ...

A Noisy le Grand, depuis ce matin, plusieurs dizaines de personnes, adultes et enfants, "campent" devant la mairie en espérant qu'une délégation sera reçue par le maire, son cabinet ou un autre élu pour aider à trouver une autre solution provisoire, pour la bâtir avec patience car l'on sait qu'il n'y a pas de solution miracle.

La police municipale est requise, tout comme la nationale d'ailleurs. On ne passe pas ! Personne ne sera reçu et quelques heures plus tard, la situation est inchangée. Sans doute l'expression du courage politique qui fait assumer les décisions que l'on a voulu ou souhaité ... Mais, il en est un autre de courage politique, c'est celui d'arrêter de se voiler la face en pensant que l'évacuation d'un bidonville réglera les difficultés en les repoussant ... ailleurs jusqu'à la prochaine, au risque, à chaque fois, de perdre un peu d'humanité et de bon sens...

Aucun d'entre nous ne prétend qu'il est facile de trouver la bonne solution - l'idée magique - à propos des campements "illégaux" des familles Roms.

Mais de ne pas essayer de s'inscrire dans la recherche de solution alternative, y compris au besoin de réponses territoriales à construire, c'est à une politique du pire à laquelle nous nous exposons collectivement, celle du bouc émissaire.photos-Roms-noisy_Page_3.jpg

Ce soir, j'ai honte. J'ai honte - et je ne suis pas tout seul malheureusement - que dans une ville comme la notre, nous ne soyons pas capables de recevoir, puis de prendre le temps, à deux pas d'un futur collège international doublé d'un futur lycée international, de rechercher et de construire avec une ou deux - ou trois, si vous voulez - poignées de familles démunies d'Europe de l'Est, une solution digne et respectueuses de leurs droits...de nos droits.

 

Etienne DOUSSAIN

Conseiller municipal "Noisy Solidaire, à gauche vraiment !"


Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 14:09

Pourquoi pas à Chelles ? Mais pourquoi pas, aussi, au théatre Michel Simon ...

 

Invitation-116Histoires

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 17:55

INVITATION-ASSEMBLEE-CITOYENNE-5-OCTOBRE-2012-pdf.jpg

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 18:34

pomme-2012.jpg

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 19:00

FETE-DES-CERISES-2012---A4.jpg

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 11:00

Logo.JPGJeudi 31 mai 2012, les V.I.P. de Noisy le Grand sont de sortie, le conseil municipal de la capitale de l’Est parisien se réunit. Du beau monde, de l’importance, un bel ordre du jour bien long, un public averti et des militants syndicalistes qui distribuent une lettre ouverte à Monsieur le Maire à l’entrée du bâtiment à propos de la nouvelle bourse du travail, le décor est planté pour la soirée.

Normalement, on ne devrait pas s’ennuyer ! Faut voir…

Par pure bonté à votre égard, chers lecteurs, passons sur les délibérations du quotidien noiséen, d’équipements sous fond d’appels d’offre ou d’avenants divers… Allons dans le dur immédiatement !

Délibération n°3 portant sur une demande de subvention pour la réalisation d’une étude portant sur le pôle commercial du Champy.

Le contenu de la délibération étant assez lénifiant, nous avons cru nécessaire de dire ce qui suit : Une question à propos de ce dossier, Monsieur le Maire, nul doute que l’évolution du pôle commercial doit être suivie avec attention. Malgré la dernière opération d’amélioration de l’espace public et des parkings, il y a quelques années et ce n’est pas si vieux, chacun peut vérifier aujourd’hui que la dalle du Champy et ses commerces ne sont pas des plus attractifs. Donc la question de la réalisation d’une étude peut être posée. Pour autant, nous pensons que la délibération de ce soir n’en dit pas assez. Comment ignorer le Grand Paris et le Cluster ? Même si  vraisemblablement, le nouveau gouvernement voudra revisiter les projets en cours, il y a de fortes chances que le quartier du Champy dans son ensemble subisse une forte mutation dans les années à venir. C’est aussi pour cela, Monsieur le Maire, que vous avez, dans le même secteur, décidé  d’un périmètre d’étude avec droit de préemption renforcé. C’est aussi pour cela que la Zone Industrielle des Richardets est l’objet de vos attentions.  Comment oublier aussi le projet de ZAC au Clos d’Ambert et son impact sur ce bassin de vie. On peut le comprendre, y compris être d’accord avec la logique de l’étude mais souhaitons en savoir plus et avoir notamment à quel moment la population sera associée à ce qui se profile dans les 5 à 10 ans à venir…

La réponse du maire fuse et confirme que derrière un dossier anodin se trouve bel et bien la question du devenir du quartier à l’horizon de 5 à 10 ans. Et de nous dire qu’un gros projet est en préparation dont on ne peut pas parler maintenant … Les habitants du Champy dans ce projet ? Nous n’en serons rien ce soir là !_0919.jpg

Délibérations n° 6 et 7 portant sur l’approbation des comptes 2011, gestion Ville, Assainissement, Cinéma.

 Un sujet en or si l’on en juge par le résultat et l’actif de la ville, alors nous sommes exprimés ainsi : Un constat rapide, Monsieur le Maire, ou plutôt une confirmation : Noisy le Grand va bien et les marges de manœuvres restent solides. Vous allez nous dire que vous avez bien géré. Nous n’en doutons pas. Ce dont nous doutons, c’est de votre obstination à ne pas vouloir amplifier l’action sociale indispensable dont une part grandissante de la population de notre ville a besoin. Une commune a aussi la fonction d’aider à amortir sur le plan social, les conséquences de la crise sociale et financière. Qui peut mieux le faire dans la proximité, même si tout n’incombe pas, bien entendu aux collectivités locales ? Nous vous avons déjà fait plusieurs propositions, sans succès. Nous n’y reviendrons pas. Par contre, ce que nous voyons dans ces comptes de résultat, c’est que le Monopoly continue, à grande échelle, d’ailleurs, en 2011 avec 16 millions d’euros d’acquisitions foncières. Ce que nous voyons, c’est que malgré les coupes imposées par le gouvernement Fillon, y compris avec les conséquences dommageables de la réforme de la Taxe Professionnelle qui entraine une baisse significative des produits de la fiscalité locale en les faisant passer de 76 millions  500 euros à 74 millions 200 euros entre 2010 et 2011, malgré le gel avéré des dotations cumulées de l’Etat qui restent quasiment équivalentes d’un exercice sur l’autre, le résultat final de la gestion 2011 de notre ville, c’est + 25 millions 800 euros d’excédent sur le fonctionnement, plus modestement 3 millions d’euros sur l’investissement, bien entendu, en tenant compte des chantiers en cours. Alors, même si la facture de l’endettement progresse logiquement en raison des opérations d’équipements en cours, mais aussi sans doute du coût de l’argent plus important dorénavant pour les collectivités locales, oui, Monsieur le Maire, nous prétendons qu’il est possible de faire encore mieux en ne transférant pas sur les ménages noiséens des charges supplémentaires, notamment dans l’augmentation systématique de la facturation des services qui leur sont dues. Oui, Monsieur le Maire, nous prétendons qu’il y a de quoi soutenir encore plus la vie associative dans les quartiers, y compris toutes les initiatives en faveur de l’éducation et de l’emploi. Nous prétendons même sur la question douloureuse du logement social, que la ville peut consentir des efforts encore plus importants pour les plus vulnérables. Le diagnostic du Plan Local de l’Habitat ne dit-il pas que 31% des noiséens serait éligible au dispositif PLAI ? Et sur le plan de la défense du service public, nous prétendons encore et encore que la ville n’est pas à la hauteur de ses possibilités. D’ailleurs, les 0,28% d’augmentation de la masse salariale entre 2010 et 2011 témoignent largement de la compression des dépenses – le budget prévoyait 3% de mémoire –, alors même que les délégations au secteur privé fleurissent dans notre ville. Monsieur le Maire, vous le savez, nous le savons, Noisy le Grand n’est pas Clichy, ni Montfermeil, villes qui voudraient bien avoir notre aisance ! Raison de plus, tout en étant solidaire - question qui mérite d’être posée dans une intercommunalité de bon sens – pour améliorer le quotidien des noiséens et amplifier l’action municipale en faveur de la population que la crise fragilise de plus en plus… C’est cela, pour nous, le changement maintenant  !

Notre édile préféré a cru bon de répondre pour la énième fois, en toute simplicité, sans aucune suffisance mais vraiment aucune, qu’il avait l’impression que les bons résultats de la ville nous embêtait et que l’on pourrait croire que nous préférerions que la gestion de Noisy le Grand soit mauvaise… Nous lui laissons la responsabilité de ne pas répondre à notre interpellation sur le fond. Vive le Monopoly noiséen mais rien ou peu pour le quotidien des habitants, voila la seule ambition qui vaille dans notre bonne ville ! Grâce au foncier, nous sommes riches. Grâce aux bureaux, nous aurons les moyens de faire du social…mais plus tard. Faudra-t-il encore vendre les bureaux !

Délibération n°8 : Approbation du bilan des acquisitions et cessions immobilières :

Nous avons dit ça : Une question à ce sujet, Monsieur le Maire, le compte de résultat de la ville fait apparaitre un total d’acquisition pour un montant de 16 millions 511 857 euros. La liste des acquisitions foncières mentionnée dans cette délibération fait apparaitre, sans compter les acquisitions foncières réalisées par l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France qui s’élève à 2 millions 410 000 euros, la somme de 17 millions 718 738 euros, donc une différence de 1 million 206 881 euros. Si l’on prend en compte les acquisitions de l’Etablissement Public, le delta s’élève à 3 millions 616 881 euros. Pourquoi cette différence entre le compte de résultat et le bilan qui nous est soumis ce soir ? Concernant les cessions, même chose, sauf erreur de notre part, le compte de résultat mentionne la somme de 5 millions 739 196 euros alors que le montant des cessions du bilan fait apparaitre la somme de 6 millions 197 489 euros, donc une différence de 458 293 euros. Il y a certainement, là aussi, une explication technique.

Désolé, nous ne savions pas que ce tableau reproduisait des chiffres TTC, alors que le compte de gestion Ville les mentionne en HT. Il faut donc rechercher la TVA, ailleurs. Pas facile, la vie d’un petit conseiller municipal d’opposition.pochoir2_pms500.jpg

Délibération n°9 : Protocole d’accord entre la SNC Horizon 2, Epamarne et la ville :

Un sujet de la plus haute importance compte tenu de ce qui précède ! Des bureaux, des bureaux… pour enfin réussir ce que l’Etat avait promis, il y a près de 35 ans. Dans le doute, on a eu envie de s’exprimer ainsi mais d’autres l’ont fait avant nous à leur façon. Disons qu’on en laisse la trace … Encore, une question à ce sujet, Monsieur le Maire, après la signature du protocole de retrait d’Epamarne, il est logique que les opérations prévues initialement avec cet opérateur soient revisitées. Nous l’avons bien compris. Par contre, entre l’ancien protocole passé entre la SNC Horizon 2 et Epamarne et celui soumis à notre approbation, vous souhaitez faire passer de 38 000 m² de SHON à 56 000 m² maximum, soit 17 000 m² supplémentaire l’emprise proposée pour la réalisation d’immeubles de bureaux. Or, il n’a échappé à personne que la période ne semble pas favorable à une reprise de l’activité économique. D’aucun n’hésite pas à parler sinon de fort ralentissement, mais de récession. Il n’est pas question de jouer les oiseaux de mauvais augures. Pour autant, force est de constater que depuis juillet 1991, la SNC Horizon 2 et Epamarne n’ont pas réussi à concrétiser le premier projet et que la conjoncture n’est pas des plus aisées, sans parler du stock de bureaux disponibles en Ile de France et en Seine Saint Denis. Il est vrai que l’arrivée du Lycée International dans ce secteur est susceptible de doper la demande mais avez-vous des informations à nous communiquer qui fondent raisonnablement un espoir de réussite dans cette nouvelle opération dont la ville porte dorénavant seule la responsabilité ?

Rien de très nouveau dans la réponse. Vive la capitale de l’Est Parisien qui aura les moyens qu’Epamarne n’a pas été capable de lui procurer depuis 1975… A la question posée sur la mévente des bureaux, en Ile de France, nous aurons eu le droit à une charge contre la ville de Saint Denis, trop bien dotée, mais rien de très précis sur les perspectives noiséennes, si ce n’est que nous sommes les plus forts, les plus beaux et que la conjoncture économique n’a qu’à bien se tenir !

Délibération n°11 : Avenant n°2 à la convention d’intervention foncière avec l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France portant sur le site dit du Clos d’Ambert :

Un sujet qui fâche tant le  désaccord est connu à propos de la densification urbaine. Alors notre intervention aurait pu se résumer à cela mais compte tenu de ce que savons déjà, nous nous sommes contentés d’écouter la réponse habituelle de Monsieur le Maire.

Ce que n’avons pas lu : Vous nous proposez pour la seconde fois de proroger la convention d’intervention foncière passée avec l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France pour achever la maitrise foncière de l’îlot dit du Clos d’Ambert, le tout pour pouvoir mener à bien l’opération d’aménagement de 1200 logements, via la Socaren. Vous connaissez notre opposition à cette densification et à ses conséquences urbaines pour la qualité de vie de tous les noiséens. Par contre, repousser d’un an encore la convention, soit à août 2013, signifie-t-il que l’Etablissement Public et la Ville rencontrent des difficultés particulières ? Y-a-t-il des réticences de la part des promoteurs à s’engager dans une telle opération en raison du contexte économique qui motiverait une attitude prudente de votre part ? Merci de nous éclairer.

La réponse reste la même. Densifions, densifions, il en restera toujours quelque chose. Le débat est loin d’être clos, sans mauvais jeu de mot, pour autant. La preuve ? Il faut prolonger la convention d’année en année, tant l’incertitude du marché de l’immobilier pèse, même si la Présidence Hollande et le nouveau gouvernement pourraient changer la donne.

Délibération n°15 : aliénation de parcelles communales sises avenue Emile Cossonneau

Ci-joint notre intervention : Deux précisions, s’il vous plait sur cette délibération. Les parcelles dont il est question ce soir correspondent à l’ancienne usine de fabrication de peinture Ever. Or, si la dépollution du site a été réalisée sans que ne subsiste a priori de risque comme l’indique les documents joints citant la Société SITA REMEDIATION et le contrôle du bureau d’étude IDDEA, reste toutefois, peut-être, le principe de précaution. Aussi, nous interrogeons sur la pertinence de cette opération. Fallait-il en effet sur un tel site prévoir la construction de logements et engager ainsi la responsabilité de la ville ? Par ailleurs, dans l’opération projetée de 115 logements seraient prévus, dont 50 dits sociaux et l’étude du dossier remis fait apparaitre qu’au titre des logements sociaux, 10% d’entre eux, soit 5 logements, entreront dans le dispositif PLAI alors que nous savons dorénavant grâce au diagnostic établi pour le Plan Local de l’Habitat que 31% des ménages de Noisy le Grand seraient éligibles à ce même dispositif. Nous pensons qu’il faut tenir compte de cette donnée dans chaque opération que la ville souhaite encourager et nous regrettons, même si nous maintenons nos réserves au titre du principe de précaution, que le nombre de logement de type PLAI soit aussi réduit.

Pourtant notre intervention ne faisait qu’en appeler à la prudence et ne faisait que relever le peu de logement en PLAI, pourtant, pourtant, pourtant… mais notre bêtise était de trop, nous n’avions rien compris au beau projet de densification urbaine qui se dessine sur le périmètre Gournay-Cossonneau. Po’vres de nous ! Quand à la pollution ? Tout a été fait...

Délibération n°16 : autorisation de dépôt d’une demande de permis de construire, av. Montaigne_0902.jpg

C’est aussi, c’était du dur ! Ce qu’il faut dire quand même à propos de cette délibération et de la suivante, c’est que le Maire nous a gratifiés d’une intervention qui se voulait « pédagogique » –  c’est le mot d’un ancien professeur dit-il lui-même – d’un ton globalement méprisant et suffisant qui en aurait mis plus d’un hors de lui. Nous avons donc demandé expressément que cessent ces comportements méprisants, voire insultants à l’égard des conseillers municipaux qui méritent autant que lui, pensons-nous, respect et considération. Faudra-t-il chasser le  naturel pour qu’il ne revienne pas au galop ?  Nous verrons bien …

Ce que nous avons dit : Voila donc le nouvel angle d’attaque que vous vous apprêtez à mettre en œuvre sur le quartier de Bas Heurts, la technique de l’encerclement du village gaulois ! Une opération par-ci, une opération par-là et le tour serait joué en saucissonnant le quartier par petite tranche… Faut dire qu’il peut-être un peu d’urgence pour les finances de la Socaren. Pourtant il se murmure même que le projet des 3F, avenue Montaigne, n’aurait pas vos faveurs architecturales et pourtant vous nous soumettez une délibération pour dépôt de permis de construire. Visiblement, il vaut mieux conserver plusieurs fers au feu ! A quand un permis de construire pour Montoit dans le même secteur ? Alors, Monsieur le Maire, là où nous en sommes de l’échec patent d’urbanisation de ce secteur depuis 2004, nous voulons en savoir plus et connaitre précisément la vision d’aménagement que vous comptez mettre en œuvre sur les secteurs conjoints, c’est une évidence, de Maille Horizon, dans sa partie basse au moins, et du Clos aux Biches. Comptez-vous contourner la difficulté, qui réside essentiellement dans votre refus d’ouvrir un véritable dialogue avec tous les opposants à cette densification urbaine à marche forcée, en procédant par étape successive ? D’abord l’avenue Montaigne, puis des opérations ciblées sur les terrains de la ville, de la Socaren et de l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, en modifiant au passage une nouvelle fois le PLU pour évacuer la zone pavillonnaire UC ?   Y-a-t-il d’autres études qui seraient dans le cartons et n’auraient pas été communiquées à notre conseil ? Vous vous doutez bien, Monsieur le Maire, que tout ce que vous nous direz ce soir nous intéressera au plus haut point. Merci d’avance

La réponse ne s’est pas fait attendre. Grosse colère du maire qui en profite pour en mettre plein la musette de l’inévitable Monsieur Cassé des Bas Heurts et celle du représentant de la commune de Gournay au sein du conseil d’administration de la SPL Socaren. Z’étaient pour rien, les bougres, mais ils étaient suspects d’un manque de discrétion – d’un excès de transparence peut-être ? – en tout cas suspects d’avoir transmis des informations sensibles à des conseillers municipaux de l’opposition. Quelle erreur, Monsieur le Maire, il suffit de regarder un plan et de se souvenir des appels d’offre déjà lancés pour constater que les grandes manœuvres ont recommencé sur ce secteur, toujours sans concertation. Le contraire nous aurait étonné même si nous constatons que les « amateurs » de l’école d’architecture de la Villette, dixit le même maire, avaient eu raison d’imaginer que Mailles Horizon et que l’emprise du quartier des Bas Heurts pouvaient se fondre dans un projet commun d’urbanisme. Bref, celui qui sait ne supporte pas que d’autres cherchent à savoir ! Dommage, la concertation et le moment d’intelligence collective attendront …

Délibération n° 21 : Délégation de service public pour l’exploitation du parking silo du Pavé Neuf, saisine de la commission consultative des services publics locaux.collectif

Nous n’avons rien dit mais au moins nous avons le plaisir de subodorer que la défense du service public est un véritable objectif de la majorité municipale. Qui sera l’heureux élu ? La société Vinci, pour compléter la gestion de parcmètres ? Faut laisser le boulot à ceux qui savent le faire ! Pas d’amateurisme. Les parkings silos ? On fera comme pour les jardins Morano ou la restauration scolaire et la future piscine …on privatisera...

Délibération n° 40 : avenant n°2 relatif à l’élaboration et au suivi de l’opération programmée d’amélioration de l’habitat et des plans de sauvegarde dans le quartier du Pavé Neuf.

Ayant été interpellé sur un sujet qui s’inscrivait bien dans le motif de cette délibération, nous avons fait l’intervention suivante : Ce dossier important a attiré notre attention. Non pas, pour une critique particulière, je tiens à vous rassurer, mais pour l’interrogation suivante. Nous avons été interpellés par l’association Aide au Développement des Quartiers, il y a plusieurs semaines. Cette association s’est donnée pour objectif de créer une structure d’insertion par l’activité économique dans le domaine du bâtiment second œuvre. Deux raisons motivent notre interpellation de ce soir. La première, c’est que la Région Ile de France a déjà donné un engagement financier à cette association pour réaliser une étude de marché et de faisabilité pour son projet d’insertion par l’économique. Comme vous le savez, il est classique en matière de subvention que soit requis l’intervention d’une autre partenaire, et souvent une autre collectivité. N’y-a-t-il pas là une opportunité pour la ville de soutenir concrètement ce projet noiséen ? La seconde raison, c’est dans l’hypothèse d’un soutien de la ville de Noisy le Grand à ce projet, n’y-a-t-il pas là encore un partenariat à imaginer dans le cadre de l’opération d’amélioration de l’habitat et des plans de sauvegarde, le tout permettant finalement de faire vivre concrètement une clause sociale dans le cadre de cette opération d’amélioration qui concernerait en priorité l’emploi de jeunes noiséens peu qualifiés au départ ?

La réponse fut emberlificotée mais réelle. Oui, on peut contacter cette association et voir comment l’inscrire dans le processus de rénovation urbaine prévue dans ce quartier. Non, la clause sociale imposée par l’ANRU n’est pas forcément une bonne chose… Aurions-nous dit que l’insertion par l’économique devait se faire au rabais ? Nous, nous pensons seulement qu’il faut aider toutes les initiatives qui semblent aller dans un bon sens. Cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi, surtout pas lorsqu’il est question d’emploi ! On verra la suite donnée …

Avant les questions diverses, par principe, nous nous sommes abstenus sur diverses augmentations des services municipaux qui augmenteront en moyenne de 2% en 2012. Vous avez été augmenté de 2%, vous, depuis le début de l’année ? Nous, pas !

Questions diverses : nous en avions deux, une pour chacun(e) d’entre nous. Une seule n’a été manif-18-10-07-3.jpgacceptée par le maitre de cérémonie. La faim, sans doute, à plus de 22 heures… le bus 310 et la RATP attendront, comme ce fut le cas pendant quelques mois !

Nous l’avons évoqué en plantant le décor de ce début de conseil. Du point de vue du maire et de son 1er adjoint, la livraison de la nouvelle bourse du travail ne doit être que la livraison d’une maison des syndicats sous convention particulière avec chaque organisation. Exit, l’histoire du mouvement ouvrier et ses traditions d’organisation collective des bourses du travail. Il sera plus simple de rompre une convention avec une organisation qui poserait problème. Foin d’une association des syndicats qui gérerait la bourse du travail. On veut contrôler NOTRE maison des syndicats…Estrosi et la droite en rêvent à Nice et ailleurs, Noisy le Grand le fait ! Alors, les larmes de la déception coulent sur les joues des deux comparses… Sont très déçus de l’attitude des syndicats après les efforts faits en leur faveur. Heureusement, le syndicat local FO a signé ! Manque de pot, l’union départementale FO est signataire du tract ci-dessous en format PDF.

Tract

Ainsi va la vie à Noisy le Grand, capitale de l’Est Parisien.

A la revoyure et vivement la gauche

Etienne Doussain

Véronique Jacquet

Conseillers municipaux « Noisy Solidaire, à gauche vraiment ! »

Partager cet article
Repost0